PARTAGER

Les partis d’une gauche divisée manifestent ensemble samedi 12 juin contre l’extrême droite et les dérives sécuritaires. Le leader LFI a été enfariné.

C’est un début difficile. Jean-Luc Mélenchon a été enfariné avant même le début de la manifestation samedi 12 juin, alors qu’il répondait aux journalistes. « Le blanc ça me va. […] Ce n’est que de la farine. Je ne dis rien, car je risque d’être traité de complotiste », a d’abord ironisé le leader de La France insoumise, en référence à ses propos polémiques de la semaine dernière. Il a par la suite dénoncé la « violence » et un climat de « grande tension ». « Un seuil a été franchi. Je ne suis pas plus ému que ça, car ça aurait pu être pire ». Il a rappelé qu’il ne soutenait aucune action violente, que ce soit l’enfarinage ou la gifle infligée à Emmanuel Macron. « Les gifles, on se les donne dans les urnes avec les bulletins. » « Je dis à ceux qui ont des projets à mon sujet qu’ils ne me font pas peur » a déclaré Jean-Luc Mélenchon.

L’intégralité de l’article ici

 

Source : Police & Réalité

Publicité