PARTAGER

Voici un texte d’Eric, un lecteur du blog, sur les raisons de la crise de notre démocratie représentative, accaparée par une toute petite caste oligarchique, et sur les moyens à mettre en oeuvre pour que la France reprenne sa souveraineté, et les Français leur démocratie. Il m’a proposé de le publier, ce que je fais bien volontiers. OD

Chers Gilets Jaunes et chers concitoyens, que la souveraineté du peuple, par le peuple et pour le peuple, advienne enfin.

Les nouvelles taxes sur les carburants annoncées par le gouvernement pour entrer en vigueur en janvier 2019 ont cristallisé le 17 novembre 2018 les colères légitimes du peuple français, au travers du mouvement des « Gilets Jaunes ».

Le peuple français submergé de taxes, d’impôts et de charges s’enfonce irrémédiablement dans la spirale de la précarité, de la pauvreté et de la misère alors qu’à l’inverse une infime oligarchie croule sous des richesses croissantes, aussi indécentes qu’illégitimes.

Le peuple français est de plus en plus exploité, pressé jusqu’à ce que mort s’ensuive, par cette oligarchie pour laquelle la vie humaine et la nature sont sacrifiables et sacrifiées sans aucun état d’âme sur l’autel du profit, de la richesse et du pouvoir.

Que le Président Macron fasse amende honorable et que son gouvernement reporte ou même abandonne certaines taxes/impôts/charges – dont les bénéfices attendus seront, sans doutes aucuns, prélevés ultérieurement – n’inverseront en rien la spirale infernale de la précarité, de la pauvreté et de la misère que subit le peuple français.

Les chantres du capitalisme néolibéral, pour défendre ce modèle en vigueur qui ne profite qu’à une infime caste – souvent nommée le 1% ou le 0,xx% – au détriment du plus grand nombre, adorent évoquer la pyramide du ruissellement de la richesse dont profiterait tout le monde.

Or, cette présentation est une immense imposture véhiculée depuis des décennies car la réalité, c’est une pyramide inversée d’où ruisselle le fruit du travail, du sang et de la sueur du peuple dans les poches, dans les coffres, dans les trusts, sur les comptes bancaires et sur les divers portefeuilles de titres de cette infime caste oligarchique.

Tous les gouvernements depuis des décennies ont trahi le peuple français en conduisant des politiques, en réalité une seule et même politique néolibérale, destinée à faire prospérer les intérêts de cette oligarchie mondialiste sur le dos du peuple.

L’autre immense imposture de l’Etat est de faire croire au peuple que le suffrage universel – le droit de vote pour l’ensemble des citoyens – est synonyme de démocratie. Rien n’est plus faux car le peuple n’a le droit d’élire que ceux qui sont présélectionnés pour lui par les puissances d’argent qui financent les campagnes électorales et qui attendent en retour les lois favorables à la croissance de leurs richesses, de leurs avoirs et de leurs pouvoirs.

Tous les partis politiques, tous les gouvernements, tous les Parlements qui se sont succédés au pouvoir en France depuis des décennies n’ont qu’un objectif, perpétuer le pouvoir de la caste politique à laquelle ils appartiennent et sauvegarder ses nombreux privilèges, coûte que coûte, en acceptant une totale soumission à l’oligarchie et à ses exigences de politique néolibérale.

Aussi, tant que la caste politique conservera les pouvoirs, notamment exécutif et législatif, la politique néolibérale sera irrémédiablement poursuivie et le peuple continuera à s’enfoncer dans la précarité, la pauvreté et la misère à l’instar, par exemple, du peuple Grec.

Pour sortir de cette spirale infernale, la souveraineté qui est reconnue au peuple dans la Constitution Française : « Du peuple, par le peuple et pour le peuple » doit enfin devenir une réalité.

Aussi, la Constitution Française doit être réécrite par le peuple et pour le peuple parce que ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles, les limites et les contrôles du pouvoir.

Cette véritable appropriation de la souveraineté, du peuple, par le peuple et pour le peuple nécessite trois étapes :

1 – Obtenir dans les plus brefs délais une élection présidentielle anticipée.

Le peuple français est tout à fait légitime à exiger cette élection anticipée car Emmanuel Macron a usurpé le pouvoir, avec la complicité de l’Etat et les puissances d’argent qui détiennent la quasi-totalité des médias. En effet, le candidat Emmanuel Macron a bénéficié d’une couverture médiatique gigantesque – presse-radio-tv-réseaux sociaux-, une sur-médiatisation sans précédent et notamment contraire aux règles du CSA compte tenu du fait de l’inexistence de ses antécédents en tant qu’acteur politique – les résultats de son parti aux élections précédentes et le nombre d’élus de son parti étant nuls puisque Emmanuel Macron n’avait ni parti, ni élus lors de la campagne présidentielle de 2017 -, règles qui étaient en revanche appliquées pour les autres candidats à l’élection présidentielle pour leur exposition médiatique.

Le peuple est également tout à fait légitime à exiger une élection présidentielle anticipée car le candidat Emmanuel Macron a bénéficié d’une bienveillance toute particulière de la Justice qui a refusé de mener les investigations dignes de ce nom sur le patrimoine du candidat Macron alors que nombre d’observateurs, de juristes, de spécialistes en gestion de patrimoine et de citoyens ont fait part de nombreuses interrogations sur l’intégrité de la déclaration de patrimoine du candidat Macron.

Aucune réponse précise n’a été communiquée par le candidat Macron et/ou par son équipe de campagne sur les nombreuses questions légitimes posées avant les élections sur le patrimoine qu’il a déclaré. Or, les réponses à ces questions auraient pu invalider la candidature même du candidat Macron. ( Voir liens ci-dessous )

Aussi, nous exigeons qu’Emmanuel Macron fasse l’objet d’un contrôle fiscal, au moins sur la période entre son entrée à la banque Rotschild et le 7 mai 2017 et que les réponses, notamment sur les incohérences entre ses revenus et son patrimoine déclaré, soient communiquées au peuple.

Enfin, le peuple français est tout à fait légitime à exiger une élection présidentielle anticipée car le Président Macron a manqué à de nombreuses reprises à la fonction présidentielle notamment, en dénigrant avec un mépris arrogant et de façon récurrente le peuple français, en favorisant les communautarismes porteurs de divisions et non de cohésion nationale, en abandonnant la souveraineté nationale à des intérêts et à des Etats étrangers ainsi qu’à des structures supra-nationales, en déclenchant les 13/14 avril dernier un acte de guerre illégal à l’encontre de la Syrie, en armant et en soutenant des groupes djihadistes en Syrie, vecteurs du terrorisme et d’attentats notamment en France…etc…sans oublier les séances photos indignes réalisées aux USA, aux Antilles et à l’Elysée, qui entachent profondément et durablement sa fonction présidentielle.

Aussi compte tenu de ce qui précède, le Président Emmanuel Macron a le devoir de démissionner dans les plus brefs délais.

Si le Président Emmanuel Macron refuse de démissionner, alors c’est à nos parlementaires, dont le devoir est de représenter les intérêts du peuple français, de mettre en ouevre, dans les plus brefs délais l’article 68 de la Constitution et de destituer le Président Macron afin qu’une élection présidentielle anticipée ait lieu.

A défaut de la démission ou de la destitution du Président Macron, le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif porteraient alors l’entière responsabilité du fait que le peuple français pourrait user non seulement de son droit mais de son devoir à l’insurrection, reconnu dans la Constitution.

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

2 – Une fois que le Président Macron aura démissionné ou aura été destitué.

Une élection présidentielle anticipée sera annoncée et la campagne présidentielle lancée. Le candidat du peuple pour le peuple qui se présentera à l’élection présidentielle sera choisi dans un but bien précis. Il aura bien entendu la responsabilité d’assurer avec dignité la fonction présidentielle mais il aura également la responsabilité de mettre en œuvre les conditions nécessaires à l’élaboration d’une nouvelle Constitution Française qui sera écrite par le peuple, pour le peuple et dont le peuple sera également le garant.

L’élaboration de cette nouvelle Constitution qui redéfinira les pouvoirs, notamment, exécutifs, législatifs, judicaires et médiatiques ainsi que les contrôles de ces pouvoirs par le peuple se fera au travers d’ateliers constituants dont les participants seront tirés au sort (Voir liens ci-dessous).

Cette nouvelle constitution qui sera élaborée dans les meilleurs délais et dans tous les cas dans l’année suivant les élections législatives sera proposée au peuple français par référendum.

Une fois que la nouvelle Constitution Française, modifiée ou non, aura été votée, le Président de la République dissoudra alors l’Assemblée et démissionnera de sorte que de nouvelles élections présidentielles et législatives aient lieu afin que la nouvelle Constitution Française puisse s’appliquer.

Afin que la souveraineté du peuple puisse effectivement s’exercer, le Référendum d’Initiative Citoyenne sera inscrit dans la Constitution et permettra, entre autres au peuple, de contrôler l’action du gouvernement et des élus, de proposer des lois, d’abroger des lois et de révoquer des élus.

3 – Pour que cette véritable révolution politique soit mise en oeuvre.

L’Etat français devra bien entendu reprendre sa souveraineté, notamment, politique, monétaire, budgétaire et militaire.

L’Etat Français, dès l’élection du Président désigné par le peuple et qui succédera à Emmanuel Macron, engagera donc les processus de sortie, de l’Union Européenne, de l’Otan et de l’Euro ; ces organisations et monnaie qui ont spolié la souveraineté du peuple français, ont largement contribué au développement de la précarité, de la pauvreté et de la misère du peuple et dont le carcan est totalement incompatible avec la souveraineté du peuple.

Un Etat souverain étant obligatoirement un Etat qui dispose de sa monnaie nationale, le Franc français sera rétabli. De plus, l’Etat empruntera ce qu’il a nécessité d’emprunter, non plus aux « marchés » avec des taux d’intérêts qui ruinent l’Etat, donc le peuple, mais directement à la Banque de France et à taux nul.

Dès la période « de transition », avant que la nouvelle Constitution Française « Du peuple par le peuple et pour le peuple » n’entre en vigueur et que de nouvelles élections soient organisées, la politique menée par l’exécutif comme le législatif servira l’intérêt général, le bien commun et ne servira plus les intérêts particuliers de la caste politique et de l’oligarchie comme c’est le cas depuis des décennies.

Cela commencerait en premier lieu, par la mise en œuvre, sans délais, de tous les moyens humains, techniques et juridiques nécessaires pour récupérer aussi rapidement que possible les centaines de milliards d’euros qui ont été volés, en quelques années, au peuple français via la fraude / évasion / optimisation fiscale.

Egalement, l’allocation des centaines de milliards d’euros de subventions distribués chaque année par l’Etat et dont les bénéficiaires sont principalement les grands groupes et les multinationales serait revue afin d’être attribuée principalement aux petites et moyennes entreprises sur tout le territoire.

Nombre d’autres ressources qui bénéficient aujourd’hui principalement au 1% et encore plus au 0,xx%, seraient réaffectées pour qu’elles bénéficient à l’intérêt général et au bien commun.

L’écologie serait une priorité mais pas sous la forme d’une écologie « punitive » synonyme de toujours plus de taxes, d’impôts et de stigmatisation du peuple. L’Etat a abandonné depuis des années nombre d’industries françaises qui ont dès lors fait faillite, ont rachetées par des sociétés étrangères ou ont été délocalisées. Aussi, à l’inverse de cette politique qui a sacrifié notre industrie et créé du chômage à la place de créer des emplois, un vaste plan d’investissements industriels serait réalisé par l’Etat dans le secteur des énergies renouvelables de façon à réindustrialiser chaque région et à créer des emplois dans chaque région.

Ainsi le fardeau des impôts / taxes / charges de toutes natures, qui pèse sur le peuple français serait notoirement allégé. De plus, quantité d’emplois seraient réellement créés – à l’inverse des promesses non tenues du Medef malgré, notamment, les dizaines de milliards du CICE – et une spirale positive durable s’enclencherait : réduction substantielle du chômage, rapport de force salarié-employeur rééquilibré donc augmentation des salaires, réouvertures de commerces, réduction des déficits publics…etc…

De plus, la politique d’intérêt général et du bien commun viserait notoirement à redonner du sens et des moyens à la fonction publique dans son ensemble de sorte que les services publics ne soient plus considérés par l’Etat seulement comme des centres de coûts qu’il faut réduire à tous prix jusqu’à sacrifier l’essence même de ces services publics et ne soient plus perçus par le peuple, à tort ou à raison, comme insuffisants et/ou inefficaces.

A cet effet, par exemple, l’Etat mettrait fin à un véritable scandale d’Etat qui dure depuis plusieurs années, en payant enfin les millions d’heures effectuées, dues et non payées aux fonctionnaires et contractuels qu’il emploie dans la Police / la Justice / la Santé / l’Education…etc…

La politique d’intérêt général et du bien commun sous le contrôle du peuple éliminerait tout clientélisme, n’opposerait donc plus, comme jusqu’ici, les jeunes aux anciens, les salariés aux fonctionnaires et/ou aux sans emploi, les citadins aux ruraux…etc… et ne favoriserait donc plus aucun communautarisme.

La politique capitaliste néolibérale et mondialiste imposée jusqu’ici au peuple par l’Etat à la solde de l’oligarchie et son corollaire pour le peuple, « l’austérité », ne sont aucunement des fatalités mais reposent sur des choix politiques dont l’objectif est depuis des décennies, notamment, le total asservissement du peuple français.

Il ne tient qu’à nous de refuser cet asservissement et de faire respecter notre souveraineté constitutionnelle. Alors cessons de vivre à genoux, comportons-nous en véritables citoyens en exigeant le respect de nos droits fondamentaux.

Bien à vous,

Eric GYSSLER

Simple citoyen et soutien des Gilets Jaunes

Source : olivierdemeulenaere.wordpress.com

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.