PARTAGER
Montage photo : Ugo Bernalicis / Alexandre Benalla - © Alain Jocard / Jacques Demarthon Source: AFP

Une nouvelle mode serait-elle en passe de remplacer le débat d’idées ? Dans la foulée des menaces de combats entre Kaaris et Booba, le concept d’«octogone sans règle» semble gagner du terrain chez les politiques… du moins virtuellement.

Après avoir été chargé de mission auprès du président de la République, ou encore sollicité par Marcel Campion pour assurer la sécurité de la Foire du Trône, Alexandre Benalla s’apprête-t-il à s’investir dans une carrière sportive ? Faute d’avoir accès au coffre-fort de ses projets, les internautes peuvent observer que l’ancien garde du corps d’Emmanuel Macron se retrouve, pour la troisième fois du mois, au cœur de l’organisation d’imaginaires (pour l’instant) combats en octogone.

Ce 11 septembre, Alexandre Benalla a ainsi répondu favorablement au défi lancé par le député du Nord Ugo Bernalicis (LFI), qui s’est proposé pour «représenter son camarade Alexis Corbière dans l’octogone face à Benalla». «Ok pour moi», a répondu l’ancien chargé de mission de la présidence de la République, sans manquer d’agrémenter son tweet de plusieurs émoticônes hilares, vraisemblablement pour souligner l’ironie de sa publication.

Le contenu de ces échanges, empreint de second degré, semble avoir été inspiré du hashtag «OctogoneSansRègles», utilisé la veille par le chroniqueur et humoriste Guillaume Meurice, qui décidait de commenter une passe d’armes interposée entre Alexandre Benalla et l’insoumis Alexis Corbière…

Près d’une semaine plus tôt déjà, Alexandre Benalla avait lui-même été à l’origine d’une proposition semblable, cette fois adressée à l’ancien sportif brésilien Renzo Gracie, en réponse à ses invectives visant Emmanuel Macron qu’il avait surnommé «Micron», avant de menacer de tordre son «cou de poulette»… «Si vous voulez, je propose un octogone. Votre discours n’est pas digne d’un ancien grand sportif», avait alors commenté le Français, utilisant déjà le hashtag «OctogoneSansRègles».

Le 9 septembre, c’était au tour du député français Joachim Son-Forget de poster une photo dans laquelle il figurait face à Alexandre Benalla, les deux hommes tenant respectivement leur garde, poings serrés, afin d’ironiser sur l’annonce d’un combat imaginaire se tenant dans la soirée.

Si la formule amuse visiblement l’ancien garde du corps du chef d’Etat français, elle n’est pas sans rappeler la très médiatisée querelle entre les rappeurs Kaaris et Booba. En effet, après s’être livrés à une série d’invectives interposées ainsi qu’à une violente rixe à l’aéroport d’Orly, les deux artistes avaient fini par s’entendre pour l’organisation d’un combat en octogone, qui s’avère pour l’heure être retardé.

Pour revenir aux deux «combattants» du jour, on se doute qu’Ugo Bernalicis et Alexandre Benalla sauront conserver la voie du dialogue, au cas où ils seraient amenés à se croiser, par exemple dans un aéroport…

Source : RT France

Publicité
loading...