PARTAGER
Le Premier ministre français Edouard Philippe (image d'illustration). - © Ludovic Marin Source: Reuters

Les moyens alloués aux anciens Premiers ministres font l’objet d’un décret qui prévoit notamment de fixer à une durée de dix ans l’accès à un secrétaire particulier, ou encore la mise à disposition d’un chauffeur privé «sans limitation de durée».

Traversant une crise politique inédite dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes, le chef du gouvernement Edouard Philippe avait promis au mois de février, de réduire dans la durée certains avantages accordés aux anciens Premiers ministres.

Paru ce 20 septembre dans le Journal officiel, un décret concernant les moyens alloués aux anciens Premiers ministres prévoit notamment d’abaisser à une durée de dix ans la mise à disposition, sur leur demande, d’un secrétaire particulier, dont ils pouvaient jusqu’alors bénéficier à vie. En outre, le texte précise que les chefs de gouvernement pourront continuer de disposer d’un véhicule et d’un conducteur «sans limitation de durée».

Comme le relève l’AFP, onze anciens Premiers ministres – décompte excluant Jacques Chirac, qui a également été président de la République – sont potentiellement concernés par ce décret.

Les avantages accordés aux représentants de l’Etat ainsi qu’à tout élu de la République, correspondaient à l’un des points importants soulevés par les Gilets jaunes lors du «Vrai débat», concurrent non gouvernemental du Grand débat national d’Emmanuel Macron. La suppression de toute rémunération ou privilège pour les élus dont les mandats sont terminés était en effet placée en tête des propositions par 35,1% des votants.

Source : RT France

Publicité
loading...