PARTAGER
Capture d'écran

Un « spectacle indigne », s’emporte Jean-Baptiste Moreau, porte-parole de La République en Marche.

C’est devenu un classique de la mobilisation anti-réforme des retraites. Depuis plusieurs semaines, les opposants au projet gouvernemental enchaînent les pas de danse et les performances pour attirer l’attention. Parmi eux, le cortège féministe organisé par l’association Attac et sa chanson chorégraphiée ”À cause de Macron”, parodie du titre “A caus’des garçons” de Laurence Heller et d’Hélène Bérard (re-popularisé par Yelle en 2007).

Foulard rouge dans les cheveux, bleus de travail et gants jaunes comme Rosie la riveteuse, ces opposantes entendent dénoncer à travers cette chorégraphie les effets de la réforme des retraites sur les pensions des femmes. Et alors qu’une manifestation était prévue ce lundi 17 février aux abords du Palais Bourbon à l’occasion de l’examen du texte en séance à l’Assemblée nationale, plusieurs élues de gauche ont pris part à la chorégraphie.

Parmi elles, les députées LFI et PCF Clémentine Autain et Elsa Faucillon, la sénatrice EELV Esther Benbassa et l’eurodéputée insoumise Manon Aubry, comme l’a rapporté sur Twitter Yahoo Actualités. Cette chorégraphie se termine par un simulacre de lynchage du président de la République. Ce qui n’a pas manqué de faire hurler dans les rangs macronistes.

Sur Twitter, le porte-parole de La République en Marche Jean-Baptiste Moreau a dénoncé la “démagogie” de ces élues. “Le ridicule ne tue pas et heureusement… une occasion unique de porter un bleu de travail pour certaines. Spectacle indigne d’élus de la République qui n’hésitent pas à ridiculiser l’écharpe bleu blanc rouge”, a taclé le député de la Creuse.

“30 ans de mandats politiques cumulés pour les 4 élues. Mais combien d’années dans une entreprise privée ? Combien d’années dans une usine?”, interroge de son côté le député LREM de Maine-et-Loire Denis Masséglia. Et ce dernier d’enfoncer le clou: “les salariés de nos usines méritent mieux que des personnes qui parlent comme un livre d’une société qui n’est plus celle du fordisme”.

Jean-Charles Colas-Roy, député LREM de l’Isère, a également exprimé sa consternation sur le réseau social.

Source : Huffingtonpost

Publicité
loading...