PARTAGER
© AFP 2019 Joel Saget

Alors que l’une des grandes promesses de Macron durant sa campagne était de supprimer en cinq ans 50.000 postes dans la fonction publique d’État et quelque 70.000 dans les collectivités locales et après que cet objectif a été ramené cet été à 15.000, ce nombre ne sera, d’ici la fin du quinquennat, que de 10.500 et l’année prochaine… de 47.

Selon le projet de loi de finances 2020, qui a été présenté vendredi 27 septembre en conseil des ministres, 10.500 postes devraient être supprimés d’ici 2022 dans la fonction publique d’État, mais les chiffres seront très variables d’un ministère à l’autre.

Ainsi, les plus touchés en 2020 seront les ministères des Comptes publics, avec 1.666 postes en moins, et de la Transition écologique, avec 1.073 postes.

En revanche, le ministère de la Justice verra augmenter le nombre de postes de 1.520. L’Intérieur sera le ministère à la plus forte hausse du nombre de fonctionnaires, avec 1.536 nouveaux postes. Sur la durée du quinquennat, deux milliards d’euros sont prévus pour créer 10.000 emplois.

Seulement 47 suppressions en 2020

Cependant, le nouveau chiffre des postes de fonctionnaires d’État à supprimer sur l’ensemble du quinquennat est ramené à 10.500, ce qui est loin des 50.000 prévus au début du quinquennat d’Emmanuel Macron et des «autour de 15.000» annoncés en juillet par le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Pour l’année prochaine, seulement 47 postes disparaîtront dans les effectifs de l’État, ressort-il du projet de loi de finances. Le Président de la République avait pourtant parlé durant sa campagne de la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires s’il était élu: 50.000 dans la fonction publique d’État et 70.000 dans les collectivités locales.

Source : Sputnik France

Publicité
loading...