PARTAGER
Sibeth Ndiaye (ici le 24 juin devant l'Élysée) de retour à LREM, un binôme pour remplacer Person // Ludovic Marin / AFP

L’ancienne juppéiste Marie Guévenoux et le chef d’entreprise Jean-Marc Borello devraient remplacer Pierre Person.

Petit remaniement à La République en marche. À bout de souffle, le parti présidentiel va renforcer son état-major. Marie Guévenoux et Jean-Marc Borello devraient être nommés numéro 2 du mouvement en remplacement de Pierre Person qui a annoncé ce lundi 21 septembre, dans un entretien au journal Le Monde, choisir de démissionner de ses fonctions de délégué général adjoint “pour donner un nouveau souffle au parti”.

Selon plusieurs journalistes, des Échos ou de franceinfo, c’est donc la députée de l’Essonne, ex-soutien d’Alain Juppé notamment, qui va remplacer, en tandem, l’ancien socialiste fondateur du mouvement “Les jeunes avec Macron” dès 2015.

Elle devrait être accompagnée dans sa tâche par Jean-Marc Borello, un proche du chef de l’État. Le chef d’entreprise de 62 ans était déjà membre du Bureau exécutif de La République en marche, délégué national à la transformation économique et sociale.

Sibeth Ndiaye en charge du pôle “idées”

Une autre proche d’Emmanuel Macron s’apprête à faire son retour dans l’organigramme du mouvement. Sibeth Ndiaye, ancienne porte-parole du gouvernement devrait prendre la tête, toujours selon plusieurs journalistes, du pôle “idées” du parti présidentiel.

En juillet dernier, elle avait déjà été nommée membre -bénévole- de la “Commission nationale des talents” (CNT), une nouvelle instance au sein de la formation, dont l’objectif vise à repérer et faire émerger de nouveaux profils dans la galaxie macroniste.

Le trio aura fort à faire après la démission de Pierre Person, intervenant au lendemain de six élections législatives partielles catastrophiques pour LREM, dont aucun candidat ne s’est qualifié pour le second tour – y compris dans une circonscription conquise il y a trois ans. Cette déroute de dimanche marque le point culminant d’une annus horribilis pour LREM, dont la stratégie d’alliances à géométrie variable aux élections municipales -défendue par son numéro un, Stanislas Guerini- s’est révélée perdante.

“Le parti n’a pas pris la mesure de la situation”

Au-delà de ce nouveau casting et des récentes polémiques sur le voile, c’est la ligne politique de La République en marche que l’ancien strauss-kahnien interroge en démissionnant, critiquant une droitisation du mouvement calquée sur celle du gouvernement.

Le “en même temps” macronien a par ailleurs déjà été ébranlé à l’Assemblée nationale, où le groupe LREM a perdu sa majorité absolue, notamment après une scission d’une partie de son aile gauche qui a créé un groupe autonome, “Ecologie démocratie solidarité”. Dans ce contexte, il n’est pas certain que le profil de Marie Guévenoux réjouisse les marcheurs frustrés.

“Cela montre bien que le parti n’a pas pris la mesure de la situation”, grinçait Pierre Person dans son interview au Monde à propos de la probable nomination de sa collègue.

Source : Huffingtonpost

Publicité