PARTAGER

« L’Express » publie mardi des lettres adressées par Emmanuel Macron à Philippe de Villiers, dans lesquelles le président lui témoigne son « amitié ».

Philippe de Villiers n’a pas mâché ses mots dernièrement pour critiquer le président de la République. Leur relation semblait cependant plus cordiale il n’y a pas si longtemps, Emmanuel Macron prenant le temps et la plume pour répondre aux interrogations de la figure de la droite souverainiste. L’Express publie mardi 1er juin plusieurs de ces missives.

Le chef de l’État et le Vendéen y discutent de sujets très divers. À chaque fois, il semble que ce soit Philippe de Villiers qui ait sollicité l’intervention d’Emmanuel Macron. Et si celui-ci n’a pas pu lui donner systématiquement satisfaction, il s’adresse au fondateur du Puy du Fou sur un ton amical et respectueux, lui donnant du « Mon cher Philippe ». Une amitié politiquement contre nature qui ne semble pas avoir tenu.

« Il faut être deux pour être l’ami de quelqu’un »

La première lettre, datée de juillet 2019, concerne le cas de Vincent Lambert. L’homme, victime d’un accident de la route, avait été pendant plusieurs années au cœur d’un débat passionné sur l’euthanasie, auquel participaient certaines organisations catholiques. Philippe de Villiers avait publiquement demandé au président de la République d’intervenir en faveur de son maintien en vie.

« Il ne m’appartient pas, comme président, de […] trancher. Pas plus qu’il ne m’appartient de prononcer une “grâce” ou de dire ce qu’est le droit. C’est le rôle des juges. Parlons de cela et du reste à l’occasion, ce sera le même plaisir que d’habitude. Car pour moi comme pour vous, la vie intérieure a un sens », lui a répondu Emmanuel Macron en lui témoignant son « amitié ». Dans les lettres suivantes, qui évoqueront notamment la situation du Puy du Fou, Emmanuel Macron renouvellera son « amitié » à Philippe de Villiers.

Mais désormais, la situation a nettement changé. « Il faut être deux pour être l’ami de quelqu’un », lâche Philippe de Villiers, interrogé par l’hebdomadaire sur cette relation. S’il semble acter la rupture, le Vendéen juge que ces lettres prouvent que le président l’écoutait. Difficile à la lecture de ces textes d’imaginer Philippe de Villiers qualifier Emmanuel Macron de « pitre de la République » à la suite de sa vidéo avec les youtubeurs McFly et Carlito.

Source : Le Point

Publicité