PARTAGER

La maire socialiste, candidate à un nouveau mandat, propose d’installer des capteurs de bruit près des lieux festifs de la capitale, rapporte « Le Parisien ».

À compter de mars prochain, les célèbres nuits parisiennes seront peut-être tenues de se dérouler en silence. C’est le sens des propositions dévoilées vendredi soir dans un café du 11e arrondissement par Frédéric Hocquard, adjoint au maire chargé de la vie nocturne et de la diversité de l’économie culturelle : dans la capitale, Anne Hidalgo, candidate à sa propre succession, souhaite faire installer des capteurs de bruit près des lieux festifs, rapporte Le Parisien.

L’objectif de ces dispositifs serait d’éviter aux établissements nocturnes de s’exposer à des fermetures administratives. Autre projet de mesure de l’équipe municipale en place, l’instauration d’un « Code de la nuit », dont le but serait de réduire les risques liés à l’alcool et aux drogues, qui influent à la fois sur les nuisances sonores et la propreté. Anne Hidalgo souhaite aussi « délocaliser » le bruit, avec la création de lieux de répétition et de représentation, installés notamment aux portes de Paris et à proximité du périphérique, et ouverts jusqu’à minuit.

Des rues de Paris dans le noir ?

La maire sortante propose également la création d’un fonds qui permettrait de préserver, voire de rénover, plusieurs lieux culturels de la capitale, comme les librairies, salles de spectacle ou de concert, ou encore théâtres. En cas de réélection, elle promet aussi l’ouverture des bibliothèques et musées parisiens au moins deux soirs par semaine. Enfin, les éclairages de la Ville Lumière seraient, eux aussi, soumis à des changements, l’édile souhaitant réduire la pollution lumineuse dans certaines rues de Paris et dans les jardins, et en finir avec l’éclairage des vitrines la nuit.

Source : Le Point

Publicité