PARTAGER

Plusieurs ministres ont été directement visés, ces derniers jours, par des menaces de morts appels à la décapitation, appels aux meurtres et des commentaires faisant l’apologie du terrorisme sur les réseaux sociaux.

Comptes piratés, menaces de mort et de décapitation, tous les jours, des messages en Arabe, en Anglais, en Français sont postés sur les comptes Instagram ou en réponse à des tweets de plusieurs ministres.

Des commentaires relayés par des robots ou des profils impossibles à identifier. une menace insidieuse qui inquiète jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, alors que plus de 1300 alertes ont été envoyées sur la plateforme de signalements Pharos, depuis l’assassinat de Samuel Paty, mi-octobre.

Dans la semaine, la France a obtenu la suppression du tweet d’un ex-premier ministre Malaisien expliquant que les musulmans avaient le droit de tuer des millions de Français.

Avant même le projet de loi de lutte contre le séparatisme, l’exécutif veut intensifier la surveillance sur les réseaux sociaux avec notamment la création d’un pôle spécial au parquet de Paris et le recrutement de 1000 agents dédiés à la cybersécurité par le ministère des armées, d’ici à 2025 dont 300 dès l’année prochaine.

Source BFM

Publicité