PARTAGER

Dans les colonnes des « Dernières Nouvelles d’Alsace », le président du groupe LR au Sénat déclare sa candidature pour une éventuelle primaire de la droite.

Il est le premier à se lancer officiellement. Si Xavier Bertrand avait indiqué s’y « préparer » il y a une dizaine de jours dans une interview à Corse-Matin, Bruno Retailleau annonce, dans les colonnes des Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA), qu’il déposerait sa candidature si jamais une primaire de la droite venait à être organisée en vue de la présidentielle de 2022. Les ambitions du président du groupe LR au Sénat étaient déjà connues, elles sont désormais clairement affichées. « Je veux faire valoir mes convictions et ce qui me semble bon pour mon pays », assure-t-il auprès des DNA.

Ce proche de François Fillon s’était affiché comme son bras droit lors de la dernière présidentielle, qui avait vu l’ancien Premier ministre s’effondrer dans l’opinion publique après les révélations du Canard enchaîné sur l’emploi fictif de sa femme Penelope Fillon. Le sénateur de Vendée pousse en tout cas de son côté pour qu’une nouvelle primaire de la droite soit organisée. « La primaire est le plus mauvais système à l’exception de tous les autres : sans ce processus, la droite s’autodétruira au premier tour de la présidentielle en 2022 », estime Bruno Retailleau. Il attaque dans le même temps la politique d’Emmanuel Macron, qui a été, selon lui, « trop passif ».

« Un désordre généralisé s’est installé dans le pays »

« La droite et le centre ne peuvent pas devenir un club de vétérans qui se partagent les derniers postes ni un cercle de prudents qui n’insultent pas l’avenir en misant sur la réélection d’Emmanuel Macron. Soit nous considérons que la droite est en sursis, soit nous misons sur une droite du sursaut. Car c’est d’un sursaut dont aura besoin la France après ce quinquennat qui semble faire, mais qui ne cesse de faire semblant ! » lance l’élu qui mise sur un plan de relance « bon pour la France », qui comprendra « un plan de formation massif pour ceux qui perdront leur travail, un plan pour la participation des salariés dans les entreprises avec zéro taxe, une baisse des impôts de production et des charges et un choix clair du made in France… »

Bruno Retailleau n’en oublie pas pour autant l’un des axes majeurs de son futur programme : la sécurité. « Le trou noir du quinquennat, c’est qu’un désordre généralisé s’est installé dans le pays sur la sécurité, l’immigration, la laïcité et, plus généralement, la crise de l’autorité », affirme-t-il. Pour l’heure, l’organisation d’une primaire de la droite n’est pas à l’ordre du jour, et des divisions existent en interne. L’université d’été des Républicains, qui doit se dérouler à La Baule le 29 août prochain, sera peut-être le lieu pour une véritable prise de décision.

Source : Le Point

Publicité