PARTAGER

Le timing aurait difficilement pu être pire pour Jean-Paul Delevoye et le gouvernement. Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites a continué après le 5 décembre, voilà le Haut-Commissaire accusé de conflits d’intérêts dans le cadre de sa réforme pour avoir “oublié” de déclarer ses liens avec le secteur des assureurs, révèle Le Parisien ce dimanche 8 décembre.

Membre du gouvernement d’Édouard Philippe depuis le 3 septembre, le Haut-commissaire aux Retraites a dû faire sa déclaration d’intérêts à la Haute autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP).

Celle-ci a été publiée ce samedi sur le site de l’institution. Et comme le souligne le quotidien, tout son intérêt tient dans l’absence d’une des fonctions exercées par Jean-Paul Delevoye: celle d’administrateur de l’Institut de formation de la profession assurance (Ifpass) depuis 2016.

Quel rapport avec les retraites? De l’aveu même de cadres du secteur, le monde de l’assurance est “très intéressé” par la réforme que chapeaute Jean-Paul Delevoye. Et l’Ifpass est ”étroitement lié à la Fédération française de l’assurance” confirme un ancien dirigeant qui se réjouit d’ailleurs des “liens précieux” avec le Haut-commissaire.

Contacté par Le Parisien, Jean-Paul Delevoye a reconnu que ce poste ne figurait pas dans sa déclaration, évoquant “un oubli par omission”. “Je reconnais que ce n’est pas responsable”, déclare-t-il, d’ajouter cependant que son rôle au sein de l’Ifpass est minime. ”À l’Ifpass, c’est une fonction bénévole, je n’y vais quasiment jamais, car je n’ai pas le temps. Je ne connais rien dans le domaine de la formation des assureurs”, affirme-t-il.

Une “bonne réforme” pour les assureurs?

Si cet “oubli” pose questions, c’est parce que s’il y a une branche qui semble favorable à la réforme contestée, c’est bien celle des assurances. En octobre, le directeur général de l’assurance AG2R La mondiale, affirmait dans Le Journal du dimanche qu’il s’agissait d’une “bonne réforme”, “fondée sur le principe d’équité”. Et il reconnaissait également qu’elle “ouvrait en effet des perspectives” pour les assureurs, sans entrer dans le détail.

Ces opportunités font partie des points dénoncés par les opposants à la réforme. Sur LCI ce dimanche soir, le député LFI Adrien Quatennens a justement souligné que la réforme “ne sert que les intérêts d’une petite minorité, les seuls gagnants dans l’affaire, ce seront les assureurs et les banques”, mettant en garde contre les incitations à la capitalisation que dissimule, selon lui, le projet gouvernemental.

Auprès du Parisien, Jean-Paul Delevoye a affirmé avoir consulté des “déontologues” pour s’assurer de l’absence de collusion entre ses activités personnelles et son poste au sein du gouvernement: “Pas de conflits d’intérêts, m’a-t-on répondu.”

Toutefois, il n’a pas posé la question concernant son poste à l’Ifpass. “Je ne leur ai pas demandé au sujet de l’Ifpass, car pour moi ce n’était pas important”, reconnait-il.

“J’ai rempli moi-même cette déclaration. S’il y a incompatibilité, je vais rectifier cela et démissionner de ce mandat exercé de façon extrêmement faible.”, promet l’intéressé. “Mais je le reconnais, j’ai fait une erreur.”

Source Huffigtonpost

Publicité