PARTAGER
Edouard Philippe et Emmanuel Macron, une relation sous haute tension avant le déconfinement.// AFP POOL / LUDOVIC MARIN

Après le déconfinement ou en sortie de crise, Emmanuel Macron voudra donner une nouvelle impulsion à sa politique. Ce sera probablement sans Edouard Philippe, sous pression à 24 heures de la présentation de stratégie pour sortir du déconfinement. Les rumeurs vont bon train. Décryptage…

Edouard Philippe et son gouvernement sont sous pression à 24 heures de la présentation tant attendue de leur stratégie pour sortir les Français du déconfinement et relancer l’économie, paralysée depuis des semaines par la crise du coronavirus.

Des « tensions fortes », des « failles »

Une pression somme toute logique mais qui s’avère encore plus forte si l’on en croit certaines rumeurs ces derniers jours : du Figaro vendredi à Gala ce lundi 27 avril en passant par le JDD dimanche, tous les spécialistes de la Macronie s’accordent pour dire que des « tensions fortes », des « failles » existent entre Emmanuel Macron et son Premier ministre. « C’est plus tendu qu’on ne le pense entre les deux hommes », indique notamment un proche.

Le vote du plan de déconfinement maintenu à mardi

La présentation de « la stratégie nationale du plan de déconfinement » par Edouard Philippe mardi 28 avril à 15 h devant l’Assemblée nationale sera bien suivie d’un débat et d’un vote en application de l’article 50-1 de la Constitution.

La présidence de l’Assemblée affirme que le report de ce vote, réclamé par certains élus d’opposition, n’est juridiquement pas possible, ce que confirme le gouvernement. « La conférence (des présidents de groupe ce lundi matin) était cordiale, même si tout le monde n’était pas d’accord », nous a-t-on précisé.

Une impression de flottement

Le chef de l’Etat n’apprécie absolument pas ces couacs qui s’enchaînent ces derniers temps ; Edouard Philippe doit sans cesse recadrer le tir auprès de ses ministres (Blanquer, Ndiaye, Le Maire…). « Dans cette période d’entre-deux, on commence à discuter, des informations sortent d’ici ou là, et on ne peut rien confirmer. Tout ça donne une impression de flottement », regrette un membre du gouvernement dans les colonnes du Figaro. Pour éviter donc que les ministres ne parlent trop, Edouard Philippe a été obligé de serrer la vis, et « Matignon centralise la communication et verrouille tout.

Des craintes de menaces judiciaires

A plus forte raison parce qu’au sommet de l’Etat on craint des menaces judiciaires, révèle Gala. A Matignon, Edouard Philippe n’est pas serein et « craint les plaintes pénales ». Le scandale du sang contaminé est dans toutes les têtes. « Quand on regardera de ce qui s’est passé pour les masques, les tests, qu’on verra qu’on a commencé par dire merde à Raoult, ça va être compliqué. La commission d’enquête, ça va être Nuremberg. Philippe est flippé. Or c’est compliqué de gouverner avec des gens flippés (…) Si certains membres du gouvernement parlent trop, c’est pour anticiper d’éventuelles poursuites », apprend-t-on dans le Figaro.

On évoque Jadot, Bertrand, Le Maire…

Enfin, toujours au rayon des rumeurs, la mésentente entre les deux hommes forts de l’exécutif est telle qu’elle pourrait pousser Edouard Philippe à démissionner. Après le déconfinement, ou en sortie de crise, le président de la République voudra certainement donner une nouvelle impulsion à la Macronie. Sans l’actuel Premier ministre probablement, qui de toute façon ne voudra pas participer à une « opération de débauchage ». Il est de plus en plus question d’un gouvernement d’union nationale et, à sa tête, on évoque déjà Xavier Bertrand, Bruno Le Maire ou encore Yves Jadot.

Source : Midi Libre

Publicité