PARTAGER

Devant les sénateurs, le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Intérieur a fustigé ce matin la « minorité bruyante [qui] a mis en cause, parfois systématiquement, parfois gratuitement, les forces de l’ordre». Réponse.

Monsieur le Préfet,

Monsieur le Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Intérieur,

Monsieur Laurent Nunez,

 

Je vous ai écouté ce matin, aux côtés de Christophe Castaner, répondre aux questions des sénateurs concernant le drame survenu la semaine dernière à la Préfecture de Police de Paris. Cet « Armageddon à la préfecture » comme le dit justement un gardien de la paix dans Le Monde de cet après midi.

Comme à votre habitude, vous maîtrisiez vos dossiers, et votre parole ; tout semblait rouler pour le mieux (si ce n’est ces 35 secondes cruelles avec votre ministre, dans les mots, dans les gestes, comme un signe annonciateur que la tutelle pourrait bientôt changer de camp entre vous deux) quand, soudain, vous avez déclaré :

Après des années à scruter les pratiques policières, et à suivre le travail de beaucoup d’autres, vous comprendrez aisément, Monsieur, qu’il m’est difficile de laisser passer telle déclaration.

Avec votre permission, un préambule.

Si la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen prévoit bien la nécessité d’une police, elle a pris soin de la nommer force publique.

Art. 12. La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

Tout est là, en huit lettres: publique.

Le Larrousse nous le confirme: « Publique : Relatif à une collectivité, par opposition à privé (…) Qui est commun, à l’usage de tous, accessible à tous (…) Qui est manifeste, notoire, qui n’a pas un caractère privé»    

A dire vrai, ce qui distingue la police d’une milice, c’est bien ceci, ce sont bien ces huit lettres : son caractère public, par et pour le peuple, pas contre ni sans lui. Sa force, c’est sa publicité. Sous le regard de tous et de chacun.

Ensuite, votre déclaration.

Outre le caractère délicatement fallacieux et parfaitement odieux de mettre sur le même plan critique du travail des policiers et la mort, terrible, de cinq d’entre eux (on comprend la manœuvre, n’en doutez pas, on la trouve seulement indigne ; le syndicat Alliance, interrogé ce matin par Libération, sur le comportement de certains de ses adhérents lors de la Marche de la Colère, où ils se masquaient d’une main leur oeil comme moquerie aux mutilés qui leur faisaient face, adopte la même), faut-il vous rappeler que ce que vous nommez une « minorité bruyante » est constituée de collectifs endeuillés, parfois de longue date, de citoyens inquiets, de plus en plus, d’un Défenseur des Droits peu connu pour ses idéaux gauchistes (Jacques Toubon), du président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, idem, comme d’institutions internationales dont la France est membre, et parfois un rouage essentiel.

Ainsi, ont dernièrement fait du bruit:

438 euro députés qui, le 14 février 2019, s’alarmaient (par un vote visant la France, sans la citer) du « recours à des interventions violentes et disproportionnées par les autorités publiques lors de protestations et de manifestations pacifiques »

Le Conseil de l’Europe qui, le 26 février 2019, a demandé à la France de « suspendre l’usage du LBD dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre» afin de «mieux respecter les droits de l’Homme ».

L’ONU qui, le 6 mars 2019, a réclamé une enquête sur «l’usage excessif de la force» lors de la répression des manifestations Gilets Jaunes.

Dans le genre minoritaire, on a vu plus groupuscule.

A propos du systématisme des critiques, maintenant.

Si par mises en cause systématiques, Monsieur le secrétaire d’Etat, vous auriez songé à viser notre travail systématique Allo Place Beauvau, puis-je me permettre de vous dire que votre réserve arrive un brin tard, votre Ministre de tutelle, plusieurs fois interrogé sur Allo Place Beauvau, n’en ayant jamais contesté le sérieux (ni devant les députés, ni en plateau radio), pas plus que monsieur le Premier Ministre (ici, sur BFM). Et pour une raison simple : nous sommes en deçà de la réalité, puisque nous n’avons répercuté que les cas documentés et documentables (photos, vidéos, certificats médicaux, radios, copies de plaintes, etc.). Pour une situation plus alarmante encore, consulter les rapports des Street Medics.

A dire vrai, monsieur le Secrétaire d’Etat, ce qui se joue dans votre déclaration badine n’a rien d’anodin. 

C’est bien la riposte médiatique, sociale et sociologique, artistique et philosophique, qui vous gène. Pas encore totale, mais en tirs groupés.

C’est l’influence confirmée et grandissante du Comité Adama, de celui pour Wissam, et d’autres ; le travail méticuleux du collectif Désarmons les ; les rapports de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture ; la salle comble lors du dernier congrès à Paris d’Amnesty International consacré au sujet ou la tenue, en mai dernier, d’une journée de Riposte à l’autoritarisme, dans une Bourse du Travail pleine à craquer de gens venus de partout, qui vous perturbent.

Ce sont la multiplication des observatoires de pratiques policières, notamment au sein de la Ligue des Droits de l’Homme, la constitution d’équipes juridiques, qui portent le fer dans les prétoires comme sur les plateaux de télévision, le travail de l’ombre des comités anti répression, qui vous tracassent.

C’est la documentation désormais constante des violences policières, par les Gaspard Glanz, Taha Bouhafs, Stéphanie Roy, Alexis Kraland, de ce monde connecté, et tant d’autres, que vous aimeriez balayer.

C’est tout ce travail de fourmi, fourni depuis des années par tant et tant.

Que les atteintes à la liberté d’informer, notamment sur cette question, s’accumulent (observateurs entravés, journalistes visés par la police) n’y changera rien. Il y a bien, désormais, un regard public sur la force publique. Et il est de moins en moins minoritaire. Et de plus en plus nécessaire, y compris en ces temps, lourds, de crise dans la police.

Source : Profession Gendarme

Publicité
loading...