PARTAGER
France's President Nicolas Sarkozy (L) greets Libyan leader Muammar Gaddafi in the courtyard of the Elysee Palace in Paris as he arrives for a five day official visit December 10, 2007. REUTERS/Jacky Naegelen (FRANCE)

Dans le « JDD », le témoignage d’un ancien proche de Ziad Takieddine démonte les accusations de celui-ci à l’encontre de Nicolas Sarkozy. L’affaire rebondit.

L’affaire du prétendu financement libyen de Nicolas Sarkozy connaît un énième rebondissement. Le Journal du dimanche révèle de nouveaux éléments qui semblent renforcer la thèse de la machination. En effet, le journal rapporte le témoignage d’El-Mahfoud Ladib. Ce dernier a évolué dans l’intimité de Ziad Takieddine pendant huit mois en 2012.

Il se souvient d’un rendez-vous où l’intermédiaire libanais s’était rendu avec une chemise cartonnée comportant « cinq pages de papier à en-tête libyen avec l’aigle et les bordures vertes ». Parmi les documents, il confirme la présence d’une feuille citant Nicolas Sarkozy et d’une feuille vierge.

« Je n’ai récolté que des ennuis »

« Je suis formel : l’un de ces documents était celui qui a été publié après par Mediapart, où il était question de 50 millions d’euros pour Sarkozy ». El-Mahfoud Ladib assume auprès du JDD en vouloir à son ancien patron. « J’espérais faire des affaires avec lui, je n’ai récolté que des ennuis » à cause de celui qu’il qualifie de « redoutable manipulateur ». Des affirmations confirmées par un autre témoin qui a également consulté ce fameux dossier. Interrogé par le journal, Mediapart a refusé de répondre aux questions, invoquant « le secret des sources ».

Après les révélations de Mediapart, El-Mahfoud Ladib a assisté à une autre scène. Il raconte avoir vu Ziad Takieddine brûler « une vingtaine de documents » dans un évier, dont le dossier bordeaux. Avant de préciser : « Il n’a jamais parlé devant moi de son rôle dans l’affaire ni du document publié par Mediapart, il cloisonnait. » Cependant, El-Mahfoud Ladib se souvient d’une petite phrase prononcée le soir de la victoire de François Hollande à l’élection présidentielle du 6 mai. Ce soir-là, il aurait entendu son patron se vanter d’avoir « tué Nicolas Sarkozy ».

« C’est le chaînon manquant qui prouve que Takieddine raconte n’importe quoi »

« Ce monsieur Ladib, que je ne connais même pas, témoigne à visage découvert  ! C’est le chaînon manquant qui prouve que Takieddine raconte n’importe quoi. D’ailleurs, je crois savoir qu’une autre personne serait prête à témoigner bientôt en ce sens », confie au Point Thierry Herzog, avocat de Nicolas Sarkozy.

L’avocat tient à rappeler à quel point les accusations de Takieddine ont porté préjudice à son client. « C’est une question de Pujadas sur ce même document qui avait provoqué la colère de Sarkozy. Une question qui, on peut se le demander, lui a peut-être fait perdre la primaire en 2016… »

Celui qui témoigne 7 ans après se souvient que Takieddine lui avait fait miroiter une vente d’Airbus d’occasion à la Libye. Elle n’arrivera jamais et El-Mahfoud Ladib voit ses comptes se dégrader. Il précise d’ailleurs avoir tenté de prévenir les proches de Nicolas Sarkozy. S’il parle maintenant, c’est parce qu’il croit que son témoignage « pourrait être utile ».

Depuis avril 2013, des juges enquêtent sur des accusations de financement libyen de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy. Il avait été mis en examen le 21 mars 2018 pour « corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens ». La cour d’appel de Paris, saisie par Nicolas Sarkozy, examinera le 17 octobre sa requête pour demander l’annulation de sa mise en examen.

Source : Le Point

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité
loading...