PARTAGER

L’ancienne candidate socialiste de 2007 va prochainement présenter à Marseille sa structure Désirs de France, avenir de la planète, révèle « Le Figaro ».

La candidature finalement surprise et très anticipée de Marine Le Pen pour l’élection présidentielle de 2022, couplée au récent licenciement de Ségolène Royal qui sera acté le 24 janvier, aurait-elle accéléré les choses ? Ségolène Royal n’aura en tout cas pas attendu longtemps avant de poser ses pions en vue de la prochaine élection présidentielle. Démise de ses fonctions d’ambassadrice des pôles par l’Élysée, l’ancienne ministre de l’Écologie va prochainement lancer une association politique, révèle Le Figaro.

Intitulée Désirs de France, avenir de la planète, cette structure entend se poser en tant que troisième choix pour les électeurs entre Emmanuel Macron et la patronne du Rassemblement national. Ségolène Royal envisagerait ainsi de modifier les statuts de l’association pour en faire un véritable parti politique si jamais une base d’électeurs parvenait à se former et à répondre à son appel. L’ancienne candidate socialiste de 2007, bien que visée par une enquête du Parquet national financier, n’exclut pas pour l’instant de se présenter. Jeudi, sur BFM TV, elle déclarait : « .e face-à-face Macron-Le Pen est un gros problème. » Avant d’ajouter : « Si je suis la mieux placée, je serai prête. »

Une tournée dans plusieurs villes de France

Ségolène Royal devrait annoncer officiellement le lancement de sa structure à Marseille le jeudi 23 janvier. La sénatrice de gauche et ancienne du PS Samia Ghali sera présente à ses côtés. Cette annonce se fera dans le cadre d’une tournée que l’ancienne ministre a initiée dans le but de décerner des « labels de crédibilité » aux maires dont le bilan environnemental est en accord avec les engagements de la COP21.

Pendant cette tournée, Ségolène Royal aura l’occasion de faire la promotion de sa nouvelle association et d’affirmer un peu plus le rôle qu’elle souhaite prendre dans les deux années à venir. Après Marseille, rendez-vous est déjà pris à Montpellier et à Alfortville, ainsi qu’à Ris-Orangis. Si rien n’est encore acté, en coulisse, ses soutiens s’activent. Une sorte d’équipe de campagne resserrée où figurent plusieurs députés socialistes, dont Luc Carvounas, Guillaume Garot ou encore Christophe Bouillon, semble déjà être formée. L’ancien ténor du PS Patrick Mennucci fait aussi partie de l’aventure.

Source : Le Point

Publicité
loading...