PARTAGER

Après sa polémique sur la « réconciliation avec les terroristes », Raquel Garrido a affirmé sur CNews être capable de se réconcilier avec Éric Zemmour, mais dans le cadre d’une Assemblée constituante.

L’ancienne porte-parole de La France insoumise Raquel Garrido semble être prête à se réconcilier avec tout le monde. Trois jours après sa polémique sur « la réconciliation avec les terroristes », elle répond par l’affirmative sur CNews quant à une potentielle réconciliation avec Éric Zemmour et ses soutiens, alors que tout les oppose.

« Moi je suis très attachée à l’unité des Français », justifie-t-elle, tout en concédant que sa posture envers l’essayiste « va peut-être choquer des gens y compris dans [s]a mouvance ».
Elle explique ensuite qu’un tel scénario serait possible dans le cadre d’une Assemblée constituante, l’une des propositions du projet de VIe République de Jean-Luc Mélenchon, dont elle est l’avocate.
« Les zemmouriens viendront et certains diront “il faut garder la monarchie présidentielle parce que moi je crois au bonapartisme”. D’autres diront “Ah bah non, mettons un roi parce que moi je crois plutôt à l’Ancien Régime” », imagine-t-elle. Elle affirme avoir « réfléchi à cette question », arguant que pour réaliser son « rêve » d’une telle assemblée, « il faudra bien le faire avec des gens avec qui on est en radical désaccord ».

« Réconciliation avec les terroristes »

La chroniqueuse s’était également exprimée sur BFM TV le 13 novembre pour commenter les accusations d’Éric Zemmour sur l’inertie de François Hollande pour empêcher les attentats. Des propos qui, selon elle, portent atteinte aux « familles [qui] ont fait des efforts incommensurables pour participer au procès, pour trouver en eux la force de témoigner, de rendre hommage à leurs morts, de trouver le chemin vers la réconciliation, y compris avec les terroristes eux-mêmes et les personnes qui sont poursuivies ».
Sa phrase avait provoqué l’indignation dans le monde politique et médiatique. « Raquel Garrido veut la réconciliation avec les terroristes. Je veux la victoire sur le djihadisme. Nous ne sommes pas du même côté de la ligne de front », avait commenté M.Zemmour.
« Vous osez parler alors que vous avez déclaré votre admiration pour les djihadistes, et insulté les enfants juifs tués par Merah », lui a répondu l’avocate.
En effet, en octobre 2016, celui-ci avait déclaré dans Causeur: « je respecte des gens prêts à mourir pour ce en quoi ils croient », ajoutant que « quand des gens agissent parce qu’ils pensent que leurs morts le leur demandent, il y a quelque chose de respectable ». Attaqué en justice pour « apologie du terrorisme », il n’avait pas été condamné, l’affaire ayant été classée sans suite.

« Mal calibré »

Toujours sur CNews, Raquel Garrido admet que le terme « réconciliation » qu’elle a utilisé était « mal calibré ». Citant un témoignage du procès des attentats, elle rappelle que des victimes ont même apporté à manger aux accusés dans la salle d’audience et que « les avocats se sont cotisés pour payer une bonne défense aux méchants ». « Ce témoignage m’a absolument bouleversé », conclut-elle.

Source : Spunik

Publicité