PARTAGER

L’indice de démocratie est un indice créé en 2006 par le groupe de presse britannique The Economist Group qui permet selon ses critères d’évaluer le niveau de démocratie de 167 pays dont 166 sont des États souverains et 165 sont membres de l’Organisation des Nations unies. Cette étude est publiée pour la première fois en 2006 puis actualisée en 2008, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Le calcul est fondé sur 60 critères regroupés en cinq catégories :

-Le processus électoral et le pluralisme.
-Les libertés civiles.
-Le fonctionnement du gouvernement.
-La participation politique.
-La culture politique.

La notation se fait selon une échelle allant de 0 à 10 et à partir de cette note les pays sont classifiés selon quatre régimes :

-Démocratique.
-Démocratique imparfait.
-Hybride.
-Autoritaire.

Selon l’édition 2018 de l’Indice de la démocratie de l’Economist Intelligence Unit, la France ne figure même pas dans la liste des 20 premiers pays – elle entre dans la catégorie des « démocraties imparfaites » au côté des États-Unis et de l’Italie. Cette chute de la France ces dernières années de « démocratie » à « démocratie imparfaite » a été liée en 2011 à l’hyperprésidentialisme de Sarkozy selon Wikipedia.

La France est descendue à la 29ème position juste devant Israël et derrière l’Estonie (23), le Chili (23), les USA (25), le Cap Vert (26), le Portugal (27) et le Bostwana (28).

Les trois premières places du classement sont occupées successivement par :

-La Norvège.
-L’Islande.
-La Suède.

Le Tchad, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Syrie et la Corée du Nord viennent compléter le bas de la liste, avec des scores les identifiant comme des « régimes autoritaires ». Mais il s’agit pour l’essentiel (RDC, Syrie, Centrafrique) de pays en guerre.

Néanmoins, on pourra également convenir que le régime français pêche de par son régime présidentiel fort qui sanctuarise l’exécutif, domaine réservé du président, tandis que la justice n’est pas indépendante du pouvoir présidentiel (le parquet est attaché au garde des Sceaux, le procureur général nommé par le président) et que le Parlement n’a pas de réelle indépendance sous le régime de la Vème République.

Sans compter sur la répression policière violente des manifestations des « Gilets Jaunes » qui pourrait mener à une nouvelle chute dans le classement 2019.

Enfin les interventions militaires décidées par le seul président sans aucun contre-pouvoir parlementaire accentuent la fragilité de la démocratie française. On pourra prendre l’exemple de la guerre en Syrie mais aussi au Yémen avec une quasi absence de couverture de cette dernière dans la presse française ou le black-out est devenu la norme sur le domaine réservé du président. Certains journalistes évoquent même les entraves à leur travail par les autorités françaises pour couvrir certaines guerres.

Source : aphadolie.com

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité
loading...