PARTAGER
© Photo / Pixabay / Mary Bettini Blank

Les organisateurs de la Marche des fiertés à Lyon ont décidé de mettre en place des cortèges non-mixtes. Pendant l’événement, les Blancs ont été priés de se placer à l’arrière, ce qui a provoqué une vive polémique.

La Marche des fiertés, qui condamne les discriminations et notamment l’homophobie, a réuni, samedi 12 juin, des dizaines de milliers de personnes dans plusieurs grandes villes de France. Les propos tenus par un manifestant à Lyon ont cependant provoqué la polémique sur la non-mixité du cortège.

_

La non-mixité qui pose problème

Alors qu’à La Réunion la tenue de la première Gay Pride de l’Histoire, à la mi-mai, a poussé un ex-militaire quadragénaire à couvrir les murs de bâtiments publics de tags homophobes, une marche du centre LGBT de Touraine pour la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, le 15 mai, a dû être annulée suite à des menaces car les organisateurs avaient annoncé une zone non-mixte. «Toute personne blanche qui essaiera de s’incruster dans ce cortège se fera cordialement (ou non) dégager», avait-on prévenu.

Face à la hausse de la popularité des réunions non-mixtes, le Sénat a même voté, début avril, un amendement à la loi sur les séparatismes, ciblant les associations qui les pratiquent.

Réunis en commission mixte paritaire à la mi-mai, députés et sénateurs n’ont pas encore réussi à s’accorder dessus.

Source : Sputnik France

Publicité