PARTAGER

Cette année, la grippe risque d’être particulièrement agressive. Pour contrer cette épidémie, l’OMS a décidé d’adopter une stratégie : changer la composition du vaccin. Diverses souches, en provenance de plusieurs pays, font désormais partie du vaccin contre la grippe 2019/2020.

Épidémie : L’OMS change la composition du vaccin contre la grippe

En Australie, la grippe a été particulièrement mortelle cette année.

Plus de 266 780 cas de personnes atteintes de la grippe ont été confirmés, et plus de 300 décès ont été recensés fin septembre 2019. À titre de comparaison, l’année 2018 comptait “seulement” 58 000 cas. Les chiffres ont donc quadruplé.

Pour lutter contre cette épidémie virulente, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé d’apporter un changement de dernière minute au vaccin antigrippal de cette année.

Le vaccin pour l’hiver 2019-2020 sera composé d’un virus de type A(H1N1) prélevé en 2018 à Brisbane (Australie), d’un de type A(H3N2) prélevé en 2017 dans le Kansas (États-Unis), d’un de type B prélevé en 2017 au Colorado (États-Unis) et d’un de type B prélevé en 2013 à Phuket (Thaïlande).

Il est possible que le vaccin antigrippal soit retardé jusqu’en novembre, car ce changement a eu un impact sur la chaîne d’approvisionnement.

Pour information, la composition du vaccin est déterminée par l’OMS plusieurs mois avant le début de l’épidémie. En février pour l’hémisphère nord et en septembre pour l’hémisphère sud, l’OMS parie sur les virus qui circuleront l’hiver suivant, en analysant les données issues de ses centres nationaux de la grippe, répartis dans une centaine de pays et qui surveillent la circulation des virus.

Chaque année, la grippe touche 2 à 8 millions de personnes

Chaque hiver, de 2 à 8 millions de personnes sont touchées par le virus de la grippe. Comme il évolue chaque année, il est indispensable de s’en protéger et de se faire vacciner tous les ans.

Cette maladie très contagieuse peut être grave, en particulier chez les personnes fragiles. Des complications peuvent apparaître, comme une infection pulmonaire bactérienne grave (ou pneumonie) ou une aggravation d’une maladie chronique déjà existante (diabète, bronchopneumopathie chronique obstructive, insuffisance cardiaque). La grippe entraîne aussi des hospitalisations et parfois même des décès.

Grippe : qui doit se faire vacciner ?

La vaccination antigrippale représente le moyen le plus efficace de prévention de la grippe saisonnière. Elle réduit fortement le risque de complications et de transmission du virus. C’est pourquoi le programme national de vaccination vise à protéger les populations les plus exposées aux risques de complications graves. Il s’agit :

  • des personnes âgées de 65 ans et plus, ou atteintes de certaines maladies chroniques ;
  • des femmes enceintes ;
  • des personnes obèses ;
  • de l’entourage des nourrissons à risque de grippe grave.

Toutes les personnes majeures éligibles à la vaccination bénéficient désormais d’une procédure simplifiée. Elles peuvent retirer directement leur vaccin chez le pharmacien, sur présentation de leur bon de prise en charge, et se faire vacciner par le professionnel de leur choix : infirmier, médecin, sage-femme, pharmacien…

Bon à savoir :La vaccination est recommandée pour les professionnels de santé en contact régulier avec des sujets à risque de grippe grave. Elle permet de les protéger mais également de limiter les risques de transmission de la grippe à leurs patients.

Grippe : quand faut-il se faire vacciner ?

Le meilleur moment pour se faire vacciner est de début octobre à fin novembre.

Cependant, les personnes considérées à risque pourraient être invitées à se rendre dans des cliniques de traitement de la grippe avant, en septembre. Par ailleurs, le vaccin est offert tout au long de l’hiver, vous pouvez donc autant vous faire vacciner en octobre, qu’en décembre.

Le vaccin provoque-t-il des effets secondaires ?

L’injection peut causer une douleur au bras, une faible fièvre et des douleurs musculaires pendant un jour ou deux, bien que ces effets secondaires soient plutôt rares. Si vous avez déjà eu une réaction gravissime à un vaccin antigrippal, il est fortement conseillé d’en parler avec votre médecin, pour ne plus en subir une.

Comment prévenir la grippe au quotidien ?

Ayez une bonne hygiène des mains. Par exemple, lavez-vous les mains avec du savon et de l’eau tiède avant de manger des aliments ou après l’utilisation des transports en commun. Évitez tout contact inutile avec d’autres personnes si vous présentez des symptômes de la grippe.

Source : Médisite

Publicité
loading...