PARTAGER

Le risque d’accident vasculaire cérébral serait 20 % plus élevé chez les non-carnivores, révèle une étude britannique relayée par « Les Échos ». 

Les régimes végétarien et pescétarien (poissons) ont le vent en poupe. Nombre de consommateurs sont ainsi persuadés qu’une assiette débordant de légumes aurait des effets bénéfiques sur la santé. C’est d’ailleurs en partie vrai : ceux qui bannissent viandes et poissons de leur alimentation seraient moins sujets que leurs compères carnivores aux maladies cardiovasculaires. Mais il y a un revers de médaille. Des chercheurs de l’université britannique d’Oxford révèlent en effet que les menus végétariens et pescétariens sont associés à un risque accru d’accident vasculaire cérébral (AVC), comme le rapportent nos confrères des Échos, jeudi 5 septembre.

Pour en arriver à de telles conclusions, cette étude publiée dans le British Medical Journal a passé au peigne fin les modes de vie, antécédents médicaux et habitudes alimentaires de 48 000 individus sur une période de dix-huit ans. Une fois scrutés, les sujets ont été classés en trois catégories : végétariens et végétaliens, mangeurs de poisson, mangeurs de viande et poisson. Résultat : il a été démontré que le risque de maladies coronariennes était 13 % plus faible chez les pescétariens que chez les carnivores, et 22 % concernant les végétariens. Les scientifiques estiment que cette baisse est due « à un indice de masse corporelle plus bas et à des taux plus bas de pression artérielle, de cholestérol et de diabète associés à ces régimes ».

Des résultats à prendre avec des pincettes

Mais les résultats ont également montré que le taux d’AVC chez les végétariens et végétaliens était 20 % plus élevé que chez leurs amis carnivores. Les auteurs de l’étude suggèrent que ce phénomène pourrait être causé par le faible taux de vitamine B12 – présente dans la viande – relevé dans l’organisme des non-carnivores. Ces derniers se montrent toutefois prudents et appellent à réaliser de nouvelles études afin de valider ces résultats.

Source : Le Point

Publicité