PARTAGER

Dans un rapport dévoilé par « The Guardian », l’Organisation des Nations unies estime que la menace terroriste est toujours bien présente.

Après les attentats de Paris et de Bruxelles, en 2015 et 2016, l’ONU redoute qu’une série de nouveaux attentats se produise d’ici à la fin de l’année 2019. La menace terroriste serait, selon un récent rapport de l’Organisation des Nations unies dévoilé par The Guardian, plus que jamais d’actualité. Évoquant une menace sérieuse, et ce malgré les récentes défaites de l’extrémisme islamique, les auteurs de ce rapport mettent notamment l’accent sur quelque 30 000 combattants étrangers qui ont combattu pour le califat de Daech et dont la mort n’a jamais été officialisée.

« Leurs perspectives d’avenir seront une préoccupation internationale dans un futur proche. Certains pourraient rejoindre Al-Qaïda ou d’autres groupes terroristes qui pourraient émerger. D’autres deviendront des leaders et des radicalisateurs », peut-on lire dans le rapport. Le travail des spécialistes du Conseil de sécurité de l’ONU a été réalisé avec l’aide des agences de renseignements de plusieurs membres de l’organisation internationale.

Le retour des combattants étrangers en question

La chute de l’État islamique ne signifie en rien la fin des attaques terroristes. Les États s’accordent sur le fait que les facteurs à l’origine de la création de l’organisation terroriste existent toujours. Autrement dit, la menace est toujours réelle. Le rapport soulève de nouveau le problème de la radicalisation dans les prisons. L’ONU appréhende le retour des premiers prisonniers de l’État islamique qui seront répartis en fonction de leurs origines dans les prisons européennes.

« Les programmes de déradicalisation n’ont pas su se montrer efficaces. Les combattants les plus endurcis doivent encore aller au bout de leur peine de prison et ne sont pas près de sortir. Ils restent dangereux et continuent de poser un problème à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du système pénal », soulignent les auteurs du rapport. Six mille Européens auraient rejoint l’Iraket la Syrie. Selon l’ONU, environ un tiers, voire plus, pourrait être de retour en Europe. Tous ces éléments portent à croire que les États devront redoubler de vigilance et prévenir toute nouvelle attaque avant le début de l’année 2020. La période d’accalmie au niveau des attentats pourrait ainsi se terminer.

Source : Le Point

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité
loading...