PARTAGER
© actupenit.com

Gérés par les gendarmes et les policiers, les transferts de détenus entre prison et tribunal relÚvent à partir de lundi de la seule administration pénitentiaire, non sans poser quelques problÚmes.

En fĂ©vrier dernier, deux trafiquants de drogue prĂ©sumĂ©s ont Ă©tĂ© libĂ©rĂ©s faute de pouvoir les emmener au tribunal de Narbonne. Selon le dĂ©lĂ©guĂ© du Syndicat de la Magistrature pour la Cour d’Appel de Montpellier, ce qui est arrivĂ© Ă  Narbonne dĂ©but 2019 s’était dĂ©jĂ  produit une dizaine de fois au tribunal de Montpellier. 

En effet, la rĂ©forme judiciaire a crĂ©Ă© des dysfonctionnements, notamment parce que les besoins ont Ă©tĂ© sous-estimĂ©s. Le nombre d’emplois nĂ©cessaire Ă  ces transferts ayant initialement Ă©tĂ© Ă©valuĂ© Ă  800 postes temps plein. Comme le relate HĂ©rault News, l’administration pĂ©nitentiaire y consacre dĂ©sormais 1800 postes.

Source : Actu Penit

Publicité