PARTAGER

Cette histoire ne relève pas de la science-fiction. Lundi 25 mars, l’Américaine Cecile Eledge a donné naissance à sa petite-fille Uma Louise. Agée de 61 ans, c’est elle qui a proposé à son fils Matthew et au conjoint de ce dernier Eliott, de devenir leur mère porteuse.

A 61 ans, elle a porté et donné naissance à sa petite-fille. Etonnante, cette information est pourtant bien réelle. Lundi 25 mars, aux Etats-Unis, Cecile Eledge a accouché de Uma Louise, la fille de son fils Matthew Eledge. L’Américaine s’est portée volontaire pour être la mère porteuse de son fils et de l’époux de ce dernier, Elliot Dougherty. « Si tu veux que je sois ta mère porteuse, je le ferais sans aucune hésitation », a-t-elle ainsi proposé à son fils Matthew, rapporte le site d’information américain « BuzzFeed News ».

« UNE FEMME MÉNOPAUSÉE DE 61 ANS NE POURRA JAMAIS DONNER NAISSANCE À UN ENFANT, N’EST-CE PAS ? »

Désireux de fonder une famille, Matthew et Eliott ont été touchés par la proposition de Cecile sans pour autant penser que cela était possible. « Une femme ménopausée de 61 ans ne pourra jamais porter et donner naissance à un bébé, n’est-ce pas ? », écrit ironiquement le journaliste Shannon Keating dans son article pour « BuzzFeed News ». Au cours d’une consultation avec des spécialistes, Matthew et Eliott ont réalisé que la proposition de Cecile n’était peut-être pas si farfelue… « Le médecin n’a pas du tout considéré cette option comme une blague », rappelle « BuzzFeed News ». Cette nouvelle va bouleverser la vie des deux hommes. « J’ai toujours rêvé d’avoir une fille », confie avec émotion Matthew. Lui et son époux devront malgré tout faire preuve de patience car le chemin va être long.

Après deux ans de préparatifs et une batterie de tests médicaux, Cecile Eledge est déclarée apte à devenir mère porteuse par les médecins du centre médical de l’université du Nebraska à Omaha.  Une fécondation in vitro est réalisée avec le sperme de Matthew et les ovules de Lea, la sœur d’Eliott. C’est un succès dès le premier essai.

UNE PROCÉDURE LÉGALE AUX ETATS-UNIS MAIS EXTRÊMEMENT COÛTEUSE

Aux Etats-Unis, la gestation pour autrui (GPA)  est une procédure légale. Cependant, elle n’est pas accessible à tous. L’opération a coûté au couple 40 000 dollars, soit 35 700 euros. « Ca n’aurait pas pu être moins cher », a expliqué Matthew à « BuzzFeed News ». En effet, son époux  et lui n’ont pas rétribué une mère porteuse et n’ont pas eu à acheter des ovocytes.  En France, la GPA est interdite. Celles et ceux qui souhaitent y avoir recours doivent obligatoirement se rendre à l’étranger.  Dans une interview accordée à notre magazine en octobre 2018, Marc-Olivier Fogiel, père de Mila et Lily, revenait sur sa décision d’avoir recours à la GPA : « Quand on est un couple gay, pour construire une famille, il n’y a pas cinquante solutions… Nous avons choisi d’accomplir cette aventure aux Etats-Unis, dans le cadre d’une GPA éthique où tout est fait sans tabou ».

Source elle.fr

Publicité
loading...