PARTAGER

Ces enregistrements prouvent que Benalla et Vincent Crase ont communiqué en dépit du contrôle judiciaire qui le leur interdisait.

Alexandre Benalla, qui fait l’objet de deux mises en examen, a demandé l’annulation de plusieurs enregistrements de discussions dévoilés par Mediapart et versés à la justice, rapportent 20minutes et franceinfo mardi 21 janvier.

Ces enregistrements, pour lesquels l’ancien chargé de mission de l’Élysée a déjà porté plainte en février 2019, concernent des discussions entre Alexandre Benalla et Vincent Crase qui se trouvait à ses côtés sur la vidéo du 1er mai à l’origine de l’affaire.

Les documents sont compromettants pour les deux hommes qui, selon Mediapart, étaient à ce moment placés sous contrôle judiciaire et n’avaient donc pas le droit de communiquer. Alexandre Benalla se prévalait alors du soutien du “patron”, alias Emmanuel Macron. Ils ont été versés au dossier d’instruction.

En vertu du secret des sources, Mediapart a toujours refusé de dévoiler l’origine et la façon dont ces enregistrements avaient été obtenus.

Pour justifier sa demande d’annulation, l’ancien chargé de mission va donc jouer sur cet aspect, celui de la légalité de l’obtention des preuves. “La démarche d’Alexandre Benalla est habile. Comme il y aura toujours un doute sur l’origine des enregistrements, il s’engouffre dans la brèche juridique pour en demander l’annulation”, analyse une source proche du dossier pour 20minutes.

Selon le site d’informations, la demande d’Alexandre Benalla sera examinée le 4 par la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Paris, lors d’une audience à huis clos.

Source : Huffingtonpost

Publicité
loading...