PARTAGER
Statue à l’effigie du roi montant la garde. Vincent Nageotte

Des associations «antiracistes» s’en prennent à l’exposition de la Grande Halle de la Villette. L’origine supposée africaine du onzième pharaon de la XVIIIe dynastie y serait volontairement cachée. Les égyptologues s’insurgent contre cette théorie complotiste et dangereuse.

Ils sont derrière l’annulation d’un classique du répertoire antique, ce sont eux aussi qui ont lancé la pétition contre une œuvre de l’artiste Hervé di Rosa… Des membres d’associations dites «antiracistes», comme la Ligue de défense noire africaine (LDNA), s’attaquent désormais à l’exposition parisienne sur Toutânkhamon à la Grande Halle de la Villette. La raison? La supposée origine africaine de Toutankhamon volontairement niée par les égyptologues européens et commissaires en charge de l’exposition. Il s’agirait là, si l’on en croit ces associations d’une «falsification et d’un blanchissement de l’histoire Africaine».

Si le discours peut prêter à sourire par son caractère grotesque, sa prolifération sur les réseaux sociaux est sérieusement inquiétante. Depuis l’inauguration de l’exposition, le collectif de la LDNA se rassemble devant l’entrée pour manifester. Une vidéo publiée sur leur compte Facebook montre un groupe sortir deux banderoles devant l’entrée de la Grande Halle avec des slogans nauséabonds: «Européens and family, votre génome est: criminel, hypocrite, menteur…», peut-on lire. Ou encore: «Non à la spoliation de l’histoire africaine.» «Les pharaons n’étaient pas blancs!», scandent certains partisans. Une vidéo vue plus de 95.000 fois.

Des propos qui alarment les égyptologues. Comme Bénédicte Lhoyer, docteur en égyptologie, interrogée par Le Point . Elle dénonce particulièrement les thèses africanocentristes affirmant que le royaume d’Égypte était noir. «Ces dernières années, beaucoup de découvertes ont été faites sur le peuplement de l’Égypte ancienne, il s’agissait de gens venant de partout. L’Égypte est un couloir, on sait également qu’il y avait des mariages mixtes dans la population», explique-t-elle.

Couloir ou pas, le vent du complotisme s’engouffre partout. En témoigne cette folle théorie qui voudrait que des égyptologues aient brisé les nez des statues et des momies pour dissimuler le caractère épaté de ces derniers, preuve de l’origine africaine des Égyptiens. Ceci expliquerait pourquoi le Sphinx fut abîmé à cet endroit stratégique (sûrement à cause d’Obélix…). Sur YouTube, le vidéaste Squeezie avait suscité de vives réactions chez les scientifiques après une vidéo complotiste sur l’origine des pyramides. Problème, ce genre de discours quitte la toile pour les salles de classe. Bénédicte Lhoyer, dans le même entretien donné à nos confrères du Point, avoue régulièrement devoir faire face à des questions sur le nez cassé des statues ou être confrontée à des étudiants qui «nous accusent de propager une vision blanche de l’histoire […]. Il n’y a plus de dialogue possible, ce qui est à la fois terrible et dommageable pour toutes les parties».

Une interview que la LDNA s’est empressée de commenter sur son compte Twitter avec la plus grande des finesses: «Nous travaillons à l’éradication idéologique finale des héritiers d’Hitler. L’action à La Sorbonne (l’annulation de la pièce de théâtre d’Eschyle, Les Suppliantes ) nous a permis de toucher au cœur de ce que l’on nomme l’ethnohiérarchisme Français.» N’en déplaisent à ces détracteurs, l’exposition Toutankhamon, le trésor du pharaon est à découvrir jusqu’au 15 septembre.

Source : Le Figaro

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité
loading...