PARTAGER

Un policier de confession musulmane dénonce un climat du soupçon dans la profession, mais aussi le risque d’une véritable chasse aux sorcières qui pourrait se mettre en place, notamment contre les jeunes recrues.

Un avant et un après 3 octobre. Deux semaines après l’attaque à la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts et un blessé grave, un fonctionnaire musulman dénonce auprès de BFMTV un climat pesant et des regards soupçonneux. Une atmosphère du soupçon, alors qu’Emmanuel Macron a appelé les Français à une « société de la vigilance » contre « l’hydre islamiste ».

En poste depuis une vingtaine d’années, Mehdi* raconte son quotidien, depuis l’attaque meurtrière de Mickaël Harpon. « On m’a demandé si je pouvais donner une idée sur du personnel qui se serait peut-être radicalisé. Il y a une sorte de paranoïa qui s’installe. Beaucoup de signalements sont faits », explique-t-il. Il se demande jusqu’où ce climat du soupçon peut aller:

« Si ça continue, on va peut-être nous demander de nous sigler en tant que musulman. Pourquoi pas nous faire broder un croissant jaune quelque part », s’inquiète-t-il.

La crainte d’être mis à l’écart

Le fonctionnaire craint aussi, de la part de ses collègues, les amalgames et les dénonciations hâtives basés sur des préjugés ou une méconnaissance de l’Islam. Mais aussi de possibles dérapages:

« On se dit qu’un jour, pour n’importe quelle jalousie, peut-être qu’un collègue va nous balancer sur quelque chose qu’on n’aura pas fait. En attendant, le principe de précaution prévaudra et on sera sans doute mis à l’écart. On aura peut-être des soucis dans notre carrière. »

« Ce qui me fait peur, c’est pour ceux qui vont arriver »

Une chasse aux sorcières selon lui, qui pourrait porter préjudice aux jeunes recrues:

« J’ai une certaine ancienneté et j’ai la chance d’être, je pense, apprécié par mes collègues. On ne va pas me le faire à moi. Ce qui me fait peur, c’est pour ceux qui vont arriver », estime-t-il.

Le policier raconte, qu’à l’époque où il a rejoint les rangs de la police, il a dû redoubler d’efforts parce qu’il était « d’origine étrangère ». Il craint aujourd’hui le même scénario pour les fonctionnaires musulmans.

Selon le ministre de l’intérieur, une quarantaine de signalements pour radicalisation ont été effectués au sein de la police depuis 2015. Une vingtaine d’entre eux ont par la suite été évincés et six d’entre eux ont été révoqués. La semaine dernière, deux policiers soupçonnés de radicalisation ont également été désarmés en région parisienne.

* Le prénom a été changé.

Source : BFM.TV

Publicité
loading...