PARTAGER

Le centre antipoison et de toxicovigilance de Paris alerte sur les potentiels dangers des sucreries à base de cannabis. Vendues sous des formes attrayantes, elles sont de plus en plus courantes sur le net et à l’étranger.

Ceci n’est pas un bonbon ! Un petit ours jaune en gélatine, une sucette ou une gomme à mâcher… Les enfants peuvent vite être tentés de manger tout ce qui ressemble à un bonbon. Mais attention ! S’ils contiennent du THC, même à faible dose, ces sucreries peuvent s’avérer dangereuses pour les plus jeunes.

Dans un tweet, le centre antipoison et de toxicovigilance de Paris« alerte sur le potentiel risque pour les enfants de la commercialisation en ligne (sites hors France) de bonbons à base de cannabis »

Une banalisation des produits dérivés

Dernièrement, quelques patients ont contacté le centre après avoir consommé des produits à l’aspect de bonbons. Ils ont décrit aux médecins des troubles neuropsychiques comme des malaises, « des « bad-trip » plus importants que s’ils avaient fumé un joint », explique le Dr Vodovar, médecin au centre antipoison de Paris. « Le plus souvent, les produits sont ramenés de l’étranger. »

Après quelques recherches, l’équipe s’est inquiétée de la « banalisation »de ces produits dérivés. « Nous avons régulièrement des problèmes à cause de la drogue à disposition des enfants. Ils prennent la résine posée à leur hauteur pour du chocolat », indique le médecin. Ces formes ludiques, désormais courantes, le préoccupe. Il le rappelle : le THC peut provoquer « des troubles de la conscience, des comas ou des intubations » et les enfants de moins de 6 ans sont les plus vulnérables.

En quelques clics sur un fameux moteur de recherche, le Dr Vodovar parvient sur un site qui permet d’acheter ce type de sucreries à l’étranger. Exemple : « Ici il y a 50 mg de THC dans chaque bonbon. C’est un paquet de quatre. Si un enfant avale 200 mg de THC, c’est déjà beaucoup ! (…) Et puis on ne sait jamais si le taux indiqué est réel. »

Le « space cake » au bureau : la blague pas drôle du tout 

L’absorption de THC, même sous des formes qui peuvent sembler anodines, n’est pas à prendre à la légère. Fin mai 2019, un salarié de l’entreprise Cochonou de Saint-Symphorien-sur-Coise a été transporté en urgence absolue à l’hôpital après un malaise lors d’un pot de départ. Il s’est réveillé intubé le lendemain, a indiqué Le Progrès dans un article.

Un de ses collègues a été transporté à l’hôpital de Saint-Étienne après avoir connu de graves problèmes au cerveau. Dans les deux cas, le personnel soignant est formel : il s’agit d’une intoxication au cannabis.

Pour son goûter de départ, un intérimaire avait apporté un « space cake » sans en informer les autres salariés. La plaisanterie aurait pu avoir des conséquences encore plus graves.

Source : francetvinfo

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité