PARTAGER
© Sputnik . Kirill Kallinikov

À l’occasion de la Journée mondiale du diabète, l’histoire de ce gendarme met en exergue les problèmes que rencontrent les diabétiques, auxquels il est interdit d’exercer certains métiers en France. Le gendarme en question s’est ainsi vu mettre de côté dès que la maladie a été diagnostiquée.

Il y a des professions en France auxquelles les diabétiques doivent renoncer, dont les métiers de pompier, depilote d’avion ou d’hôtesse de l’air, alors que cette maladie chronique touche près de quatre millions de personnes dans l’Hexagone, selon Doctissimo. À la question des professions s’ajoutent de nombreuses autres limitations dont sont victimes les diabétiques, comme les surprimes d’assurance ou le permis de conduire temporaire, renchérit le HuffPost.

À l’occasion de la Journée mondiale du diabète (14 novembre), Relaxnews a interviewé Yoann, 30 ans, ancien gendarme, qui «a très mal vécu l’obligation de rendre son arme, retirer son insigne de gendarme et de ne plus pouvoir sortir de la caserne sur les horaires de travail».

Il a été diagnostiqué diabétique de type 1 en novembre 2017. «À l’époque, j’étais gendarme motocycliste depuis dix ans. Après un séjour à l’hôpital, j’ai dû me rendre à une visite médicale auprès du médecin militaire. Conformément au  SIGYCOP, j’ai été déclaré inapte à exercer mon travail. À partir de là, on m’a retiré mon arme et mon véhicule et j’ai été confiné à la caserne. J’ai été mis au placard, je n’avais plus de perspectives d’évolution. Ma carrière était brisée», a-t-il confié au média.

Des discriminations

En effet, selon une loi qui date d’il y a plus de 60 ans, les diabétiques n’ont pas le droit d’exercer les métiers se rapportant à la protection de la personne, explique le HuffPost.  Alors qu’au Canada et en Grande-Bretagne, les diabétiques peuvent piloter des avions, à condition d’être toujours deux dans la cabine. En Espagne, au bout de trente ans de lutte, les métiers de l’armée, de la police et des pompiers se sont enfin ouverts à ces personnes.

«Ces règles rédigées il y a plusieurs décennies ne tiennent pas compte des nouvelles technologies de surveillance et de soin dont disposent les diabétiques aujourd’hui en France, comme les pompes à insuline et la mesure en continu du glucose», écrit Doctissimo en citant Sylvie Picard, diabétologue et membre de la  Fédération française des diabétiques.

La lutte porte ses fruits

La Fédération française des diabétiques a lancé le 17 octobre une pétition destinée à mettre fin aux discriminations professionnelles faites à l’encontre des diabétiques. Celle-ci a déjà récolté près de 24.000 signatures. La lutte a également abouti à la publication d’un arrêté du 5 juillet 2019: «Une personne atteinte de diabète peut désormais exercer les métiers de l’hôtellerie sur un bateau de croisière»», précise la Fédération.

Source : Sputnik France

Publicité
loading...