PARTAGER

Les deux têtes de proue de la fachosphère s’invectivent violemment depuis début juin, au point que Raptor a fini par défier Alain Soral en duel de MMA. Retour sur un clash sur internet qui pourrait bien traverser l’écran.

Il est loin le temps où Alain Soral adoubait dans un tweet enthousiaste son jeune confrère youtubeur Raptor Dissident, en soulignant au passage sans fausse modestie qu’il avait “eu de très bons maîtres”. Entre ces deux têtes de gondole de la fachosphère, hyper-influents grâce à leurs réseaux sociaux respectifs, il y a désormais un fossé infranchissable.

Après une série d’échanges verbaux ultra-violents par vidéos interposées, ils sont prêts à en venir aux mains. “Alain Soral, puisque tu souhaites me corriger, prends avec toi deux témoins. Je te défie en combat de MMA [Mixed Martial Arts, dont la pratique en compétition est interdite en France, ndlr]. […] Puisque tu veux que ça se passe mal, je suis là et je réponds. C’est une question d’honneur”, a lancé le Raptor dans une vidéo postée le 10 juin.

L’idéologue d’extrême droite, créateur de l’association Égalité et Réconciliation, a répondu sur Twitter en relevant le défi : “Suite à ses multiples insultes, diffamations et provocations, j’accepte d’affronter Ismail Ouslimani, dit ‘le @RaptorDissident’ en combat libre, et ce malgré mon âge (60 ans cette année) et bien que le #MMA ne soit pas ma spécialité. Reste maintenant à organiser la rencontre. Pour les vrais hommes d’honneur, la vie ne se réduit pas aux fanfaronnades virtuelles sponsorisées, plus question de se défiler !”. Que s’est-il passé pour qu’une telle escalade de violence grandisse dans la “dissidence”, au point de potentiellement traverser l’écran ?

“Baboucholâtrie”, “égo surdimensionné” et “grille de lecture sionisto-marxiste”

Tout a commencé par une “frappe nucléaire”, selon les mots du Raptor. Le 3 juin, après 8 mois d’absence de sa chaîne YouTube aux plus de 500 000 abonnés (en trois ans d’existence), celui-ci publiait une vidéo de 40 minutes intitulée “Je Fais la Bise à Ta Femme, Soral ! – Expliquez-Moi Cette Merde”, qui cumule désormais 1,3 million de vues. Il s’agit d’un démontage hyper virulent de la pensée d’Alain Soral, réduite à une “bouillie marxiste communiste dont il est d’ailleurs issu [Alain Soral dit avoir été membre du PCF dans les années 1990, ndlr], et [à] l’hystérie anti-israélienne typiquement soralienne”.

Comme d’habitude, le youtubeur au débit mitraillette multiplie les clins d’œil aux internautes du forum “Blabla 18-25 ans” de Jeuxvideo.com, avec ses montages en cascade et ses expressions devenues des gimmick – comme le fait d’utiliser le prénom-préfixe “Jean”. En superposant sa voix au ton goguenard à des images extraites des vidéos d’Alain Soral, et à des mèmes bien connus de sa communauté de fans, il se paye donc le vétéran de la fachosphère, en dénonçant à grand renfort d’insultes sa “baboucholâtrie”, son “égo surdimensionné” et sa “grille de lecture sionisto-marxiste”. Et de conclure son réquisitoire en le traitant d’“ordure cosmopolite” et en le comparant – summum de l’infamie – à Jacques Attali parce qu’il pense que “l’islam est un don et une chance pour la France”.

Esprit de duel

Il est vrai que le fond de commerce idéologique d’Alain Soral diffère de celui du Raptor. Dans leur livre, La fachosphère, comment l’extrême droite remporte la bataille d’Internet (édition Flammarion), les journalistes Dominique Albertini et David Doucet synthétisent la pensée de Soral (telle qu’elle est théorisée dans son essai “Comprendre l’Empire”) comme un “pot-pourri de différentes traditions politiques, où des résidus marxistes cohabitent avec un éloge de la monarchie chrétienne et où les appels à la réconciliation nationale voisinent avec une critique de l’immigration de peuplement’, le tout sur fond de complotisme”. 

Pour l’ancien jet-setteur, l’ennemi à abattre est l’oligarchie mondialiste derrière laquelle il voit la main du “tout puissant lobby sioniste”, vieille lune des théoriciens antisémites. A ses yeux, les jeunes musulmans pourront être d’utiles alliés dans cette lutte — du moins ceux qui, “élevés par un patriarcat ayant échappé à la féminisation”, adhèrent encore aux valeurs traditionnelles.

C’est l’un des points de clivage avec son jeune disciple puisque le Raptor Dissident cultive avant tout une critique acerbe de l’islam et de l’immigration dans la droite ligne de la mouvance identitaire. Pour lui, l’obsession antisémite de Soral le fait négliger la menace islamiste, au point d’en faire un idiot utile du cosmopolitisme. Après une telle charge, menée tambour battant par le Raptor, la réponse du taulier d’Égalité et Réconciliation ne s’est pas fait attendre. Le 4 juin, il publie sur ses réseaux ce message mi-dédaigneux, mi-menaçant : “Certains me demandent si je compte répondre à la vidéo qu’un certain kabyle nain piquée aux stéroïdes a pondu contre moi. Répondre quoi ? Par cette vidéo, il s’est déjà ridiculisé intellectuellement et déshonoré moralement. Au mieux je peux le corriger, si d’aventure je le croise dans la vraie vie. Ce qui ne manquera pas d’arriver…”

Alain Soral l’a déjà démontré : il ne faut pas lui chercher chicane. Fin 2016, Daniel Conversano, qui se dit “écrivain de gauche nationaliste”, avait fini le visage en sang après en être venu aux mains avec lui sur le plateau d’une émission animée par Dieudonné. L’esprit de duel et le culte de la violence physique, associée à la virilité, font partie des invariants de la culture d’extrême droite. Alain Soral est un boxeur aguerri, et Raptor Dissident affiche continuellement sa musculature sur son compte Instagram, où il a révélé son visage il y a un an. Il propose même des conseils payants à la fin de ses vidéos – car, lui-même le reconnaît, c’est avant tout un “entrepreneur”.

Le 11 juin, le ton est encore monté d’un cran entre eux, quand Alain Soral s’en est pris à la femme du Raptor, qu’il traite de “culturiste nain” : “On me parle d’une certaine Betty Autier, une cougar botoxée pro-LGBT qui entretiendrait un ado culturiste nain…” “On est sur un petit kabyle d’1m70 qui prend des prot’ pour faire du muscle”, a-t-il ajouté lors d’une de ses émissions.

Une lutte entre deux mondes

Plus qu’à un duel folklorique entre deux militants d’extrême droite, cette controverse reflète une fracture générationnelle au sein de la fachosphère. Longtemps Alain Soral a eu pignon sur rue grâce à son site, Egalité et Réconciliation, plus fréquenté que de nombreux sites d’information, et à l’autorité légitime que lui prodiguaient ses livres. Quand il a fait son entrée sur le youtube game, posant face caméra, il est donc vite apparu comme un youtubeur en vue. Cette polémique avec Raptor Dissident montre qu’il est désormais concurrencé par une jeune garde bien décidée à le ringardiser, sur la forme comme sur le fond. Ses montages humoristiques, ses punchlines de rappeurs et son ton volontairement vulgaire ont donné un coup de vieux aux doctes monologues de Soral. Celui-ci l’a d’ailleurs reconnu publiquement, confiant qu’il avait d’abord cru que ces jeunes néo-dissidents (Raptor, Lapin Taquin, Marsault…) prendraient “la relève”. Mais il s’en est rapidement dédit, sous les coups d’estoc du Raptor contre sa logorrhée “judéo-centrée” : “Ça ne me serait jamais venu à l’idée de défier un type qui a trente ans de terrain de plus que moi. Eux le font allègrement”, déplorait-il. Assisterait-on au crépuscule d’une idole de la “dissidence” ? Le Raptor s’en frotte déjà les mains. Il espère même que la scène de son affrontement sera filmée. A croire qu’en 2018, le culte du corps et de la virilité sert toujours à départager les ego au sein de l’extrême droite française.

Source les inrocks

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.