PARTAGER

Je ne ferai pas de commentaires sur les images de ce funeste samedi 1er décembre. Deux mots me viennent à l’esprit. Consternation et désolation.
L’obstination du gouvernement à rester sur ses positions est incompréhensible.
La casse, les blocages et les excès observés depuis quelques jours sont inacceptables.
Il est temps pour tout le monde de redevenir raisonnable afin de retrouver une situation normale et que les demandes légitimes des Français soient entendues. Mais dans le calme.

Deux priorités s’imposent aujourd’hui

La première est de prendre en compte les demandes légitimes de Français qui ne supportent plus à la fois la pression fiscale, la diminution constante de leurs ressources alors qu’ils travaillent ou ont travaillé toute leur vie. Ils n’acceptent plus d’être méprisés par des gouvernants qui imaginent pouvoir faire le bonheur des Français contre leur gré.
La deuxième est le rétablissement de l’ordre et de la sécurité dans notre pays.
Les scènes de ces deux derniers samedis donnent le vertige sur l’incapacité de l’Etat à faire régner l’ordre.
Il est essentiel que les gilets jaunes puissent manifester dans le calme en respectant les consignes de la puissance publique mais il est tout aussi capital que les casseurs et les agresseurs soient mis hors d’état de nuire.
Ils doivent l’être par la force et l’exercice de la violence légitime quelles que soient les conséquences pour eux.
La protection des honnêtes gens est à ce prix et les scènes de pillage qui n’ont pas été médiatisées sont la preuve de la faiblesse de la réaction de l’Etat.

La France ne peut pas être le pays dans lequel les citoyens ne sont pas entendus et les casseurs et pilleurs peuvent agir sans une réaction énergique des forces de sécurité.

Je termine ce message en remerciant tous ceux qui me témoignent leur confiance et en précisant notamment à ceux qui me reprochent mon inaction que nous sommes en démocratie. Je n’ai donc aucune légitimité à me substituer à qui que ce soit alors même que lors des élections législatives de 2017 je n’ai recueilli que 6 % des voix.
Notre pays est en danger et comme toujours je suis prêt à le défendre mais pas d’une manière illégale ce qui ne serait pas conforme aux principes qui ont toujours guidé mon action.

Et aux plus virulents je réponds qu’il est toujours facile de demander aux autres ce qu’on est pas capable de faire soi même et surtout de se désolidariser dès que le vent tourne.

Mais je reste toujours mobilisé pour mon pays.

Ce que j’écrivais en juillet dernier reste valable mais il faut y rajouter la colère légitime des Français qui doit être prise en compte sans confondre les gilets jaunes et les casseurs.

Bertrand Soubelet

Gilets jaunes

Publiée par Bertrand Soubelet sur Mardi 4 décembre 2018

Source : profession-gendarme.com

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.