PARTAGER

Quelque 500 lettres ont été retrouvées près de vignes, déposées sauvagement au milieu des ronces. Le maire met en cause la réorganisation de La Poste, selon « Sud-Ouest ».

La petite commune de Saint-Pierre-d’Aurillac, en Gironde, serait-elle victime de facteurs peu diligents ? La réorganisation du service de La Poste aurait en tout cas fortement chamboulé la distribution du courrier. Plusieurs des 1 338 âmes du village ne reçoivent plus leurs impôts, chèques et autres courriers personnels. Et le courrier ne serait pas simplement perdu, mais tout bonnement abandonné. Mercredi soir, le maire Stéphane Denoyelle en a fait la désagréable découverte, au milieu des ronces, rapporte Sud-Ouest.

« Un habitant de la commune m’a appelé pour me signaler un dépôt sauvage d’ordures près de ses vignes. En descendant dans le fossé, j’ai retrouvé plusieurs centaines de liasses de courriers. Il y avait des chèques, des courriers des impôts, mon coffre de voiture en était rempli », raconte l’édile, furieux. Selon La Poste, à qui le courrier a été remis, 500 lettres auraient été jetées. « C’est un vrai cauchemar, les usagers n’en peuvent plus ! » tempête-t-il. Et l’élu ne serait pas le seul confronté à ce problème. Depuis une quinzaine de jours, plusieurs autres communes du sud du département subissent la même situation. Les lettres retrouvées sont toutes récentes. Elles auraient été tamponnées par La Poste entre le 23 et le 25 octobre, précise le journal local.

Voici les centaines de lettres à destination des habitants de saint Pierre D’Aurillac et de Pian que je viens de…

Publiée par Stephane Denoyelle sur Mercredi 30 octobre 2019

« Être facteur ne s’improvise pas »

Pour Stéphane Denoyelle, la cause est toute trouvée. Depuis que le facteur habituel ne prend plus en charge la zone la plus rurale, « les distributions ont pris du retard ». La réorganisation de La Poste virerait à la désagrégation du service, selon son analyse. «  Des intérimaires ont été embauchés, mais être facteur ne s’improvise pas, encore moins à la campagne où il faut connaître tous les hameaux. L’un d’entre eux a dû être dépassé par la situation », suppose-t-il. Sur sa page Facebook, le maire a publié un long message, appuyant les employés du centre de tri qui s’étaient mis en grève et appelant à « un service public » correct.

L’élu craint même de trouver d’autres cimetières de lettres. Du côté de La Poste, on promet de remédier à la situation d’ici à mercredi prochain. La direction régionale de La Poste se dit « très choquée par cet acte de malveillance », et en interne, une enquête a été lancée, informe Sud-Ouest.

Source : Le Point

Publicité