PARTAGER

Dans ces nouvelles cours de récréation, des « jeux mixtes » ont été installés afin de favoriser « la mixité », relate « 20 Minutes ».

Surprise. Ce mardi 1er septembre, 12,4 millions d’élèves faisaient leur rentrée dans un contexte sanitaire inédit. À Rennes, deux écoles ont réaménagé leur cour de récréation pour permettre aux filles et aux garçons de jouer ensemble, sans distinction de genre. Une initiative également prise dans trois collèges d’Ille-et-Vilaine (à Bréal-sous-Montfort, Laillé et Guipry-Messac), comme le révèle 20 Minutes.

Pour permettre à tous de se réunir entre deux cours, des jeux mixtes ont été installés. Le terrain de foot, quant à lui, a été déplacé sur le côté. « L’espace récréatif ne peut plus se résumer à un grand terrain de foot bitumé avec les garçons qui jouent au milieu et les filles qui jouent autour, cette époque est révolue », justifie la maire de Rennes Nathalie Appéré.

Armelle Billard, conseillère départementale déléguée à l’égalité, tente de briser les codes voulant que les garçons jouent au foot et les filles discutent lors des pauses. La cour « doit au contraire être un lieu de rencontre où ils apprennent à vivre ensemble. C’est d’autant plus important que les relations se tendent souvent à l’adolescence entre les filles et les garçons », appuie-t-elle, consciente que cela ne « résoudra pas tout », mais renforcera « l’égalité entre les femmes et les hommes ».

Adaptées aux changements climatiques

Ces nouvelles cours de récré sont également plus adaptées au changement climatique. En effet, des espaces végétalisés sont offerts aux élèves ainsi que des îlots de fraîcheur pour pallier les effets du réchauffement climatique. « On n’enlève pas un espace de jeu en végétalisant les cours, ces zones font au contraire partie du parcours proposé aux élèves », fait savoir Bruno Laperche, de la direction des jardins et de la biodiversité à la ville de Rennes. Des aménagements qui seront également proposés dans toutes les écoles rennaises et tous les nouveaux collèges du département.

Source : Le Point

Publicité