PARTAGER
© AFP 2021 JOEL SAGET

Un marginal mécontent de ne pas avoir pu passer derrière l’autel de la basilique Saint-Denis est venu casser des statues de saints et une vitrine à l’intérieur et à l’extérieur de ce haut lieu de la France. Ces statues étaient de facture relativement récente.

La basilique Saint-Denis, qui abrite la nécropole des rois de France, a été attaquée le 4 janvier par un individu armé d’une barre de fer, relate Valeurs Actuelles. L’homme en survêtement a brisé plusieurs statues de plâtre installées dans des chapelles ainsi que des objets religieux, selon plusieurs sources concordantes.
Le casseur, un trentenaire guyanais, a d’abord tenté de se rendre derrière l’autel, mais l’accès lui a été refusé. Il est donc revenu plus tard, muni de sa barre, pour laisser libre cours à sa vengeance et a brisé une vitrine avec des objets religieux. Puis il s’est attaqué à trois statues de plâtre, représentant Saint Denis, Sainte Geneviève et Saint Antoine, comme en témoignent les photos postées sur Twitter.

Il revient pour se venger

Ressorti de la basilique, le vandale s’en est pris à deux statuettes placées dans la crèche installée à l’extérieur, relate Valeurs actuelles. Un bénévole l’a alors suivi pour faciliter la tâche de la police. Inconnu de celle-ci, l’individu a été rapidement interpellé.
Contacté par Valeurs actuelles, le recteur de la basilique-cathédrale a dit avoir porté plainte le jour même. Il est arrivé sur place juste après les faits. Il a tenu à souligner que les statues endommagées n’étaient heureusement pas trop anciennes et pas d’une grande valeur.

Deuxième incident en trois ans

Selon une source policière citée par le média, le casseur est un riverain souffrant de troubles psychiatriques et de problèmes de logement.
En mars 2019, un Pakistanais arrivé clandestinement en France avait déjà dégradé la célèbre cathédrale. Il avait cassé deux vitraux et détérioré l’orgue, brisant les deux portes du buffet et endommageant le moteur de l’instrument.

Source : Sputnik

Publicité