PARTAGER

Tags antisémites du RER C : l’auteur écope de 6 mois de prison avec sursis

Le tribunal de Paris a condamné samedi soir l’auteur d’une cinquantaine de tags antisémites sur la ligne C du RER à six mois de prison pour « dégradation de biens d’utilisé publique ». Le caractère antisémite des graffiti fait l’objet d’une autre procédure.

L’auteur des tags antisémites du RER C écope de 6 mois de prison avec sursis et d’une mise à l’épreuve pour « dégradations de biens d’utilité publique« . Pour le moment, la justice ne s’est pas prononcée sur le caractère antisémite des graffiti qui fait l’objet d’une autre procédure.

Un homme au profil psychologique perturbé

L’homme, un fonctionnaire au conseil départemental des Yvelines âgé de 65 ans, devra également suivre des soins pendant deux ans et indemniser la SNCF pour les dégâts causés.

Son avocate assure qu’il s’agit d’un « coup de folie d’un monsieur qui ne sait pas l’expliquer« . Etant jugé en comparution immédiate, son client n’a pas pu faire l’objet d’une expertise médicale. A l’audience, la défense évoque un homme sans histoires, au casier vierge mais qui aurait « accumulé des dettes liées à des difficultés familiales« .

Pris en flagrant délit mercredi dernier en gare de Versailles Rive Gauche, le fonctionnaire a tout de suite avoué être l’auteur d’une cinquantaine de tags et injures sur le RER C.

Cette affaire survient dans un contexte d’inquiétude avec la découverte de nombreuses inscriptions à caractère antisémite ces dernières semaines dans plusieurs villes du pays.

Source france bleu