PARTAGER

GRAND PRIX DE CATALOGNE : FABIO QUARTARARO VAINQUEUR ET NOUVEAU LEADER AU CLASSEMENT DES PILOTES

GRAND PRIX DE CATALOGNE – Magnifique opération pour Fabio Quartararo. Impérial, le Français a signé sa troisième victoire de la saison dimanche à Barcelone et s’empare de la tête du classement des pilotes. Il a devancé les Espagnols Joan Mir et Alex Rins, tandis que l’Italien Valentino Rossi a chuté.

L’Espagne lui va si bien. Parti en deuxième position dimanche, Fabio Quartararo a remporté en Catalogne son troisième Grand Prix de la saison, après ses deux victoires inaugurales à Jerez. A l’endroit même où il avait signé son premier podium dans la catégorie. Le Niçois en profite pour reprendre la tête du classement des pilotes : Quartararo compte désormais 8 points d’avance sur Joan Mir (Suzuki Ecstar), revenu très fort pour terminer deuxième, juste devant son coéquipier Alex Rins. Grosse déception en revanche pour Valentino Rossi, qui a chuté alors qu’il était parti en première ligne. Andrea Dovizioso (Ducati) et l’autre Français Johann Zarco (Avintia Ducati), parti sixième, ont également fini au sol, en tout début de course.

Le film de la course

Quatre hommes se tenaient en quatre points avant le départ, dimanche. Alors ce huitième épisode de la saison s’est chargé de faire le ménage. Et ce dès le virage numéro deux. Gêné par un écart de Danilo Petrucci, Zarco s’est retrouvé à terre, emmenant dans sa chute Dovizioso, alors leader du championnat. Parti cinquième, Maverick Viñales (Monster Energy Yamaha) a lui totalement raté son départ, glissant à la 15e place. Au final, sa décevante P9 lui coûte 18 points de retard sur le leader français.

ROSSI A TOUT GÂCHÉ

Tout l’inverse d’un Joan Mir qui confirme sa très bonne forme. Le pilote espagnol était celui qui avait pris le plus de points sur les cinq derniers Grand Prix. Il a confirmé sa forme du moment en effectuant une superbe remontée de la 8e à la 2 place. Une remontée construite dans la seconde partie de la course. Quinze jours après sa première victoire, Franco Morbidelli (Petronas Yamaha SRT) n’a lui pas profité de sa première pole en terminant au pied du podium, et peut même s’estimer heureux de ne pas avoir chuté après un freinage raté au virage n°1, à onze tours de la fin.

Valentino Rossi n’a pas eu cette chance. L’Italien, qui n’avait jamais été aussi proche d’un 200e podium en carrière, a lui aussi craqué dans le virage n°2 alors qu’il talonnait Quartararo. Une grosse déception alors qu’il n’avait plus démarré en première ligne depuis plus d’un an.

Source Eurosport

Publicité