PARTAGER

Une source nous a expliqué que la ville de Paris était candidate pour tester et mettre en service des taxis volants et autonomes avant 2030.

Au CES 2019, l’entreprise Bell a exposé un prototype de Nexus, son taxi volant autonome. Cette entreprise et son partenaire Uber veulent voir cet aéronef voler dans les grandes villes à travers le monde entre 2020 et 2030. L’engin était l’une des grandes stars de ce CES 2019, notamment par ses six hélices rotatives très impressionnantes.

Or, au moment de découvrir le véhicule, nous nous demandions évidemment si Bell et Uber n’allaient pas rencontrer des soucis législatifs pour obtenir les autorisations de vol. On pense surtout à une ville comme Paris dont le survol est interdit à moins de 2000 mètres d’altitude. Par chance, nous avons croisé Philippe Lagarde juste à côté de taxi volant. M. Lagarde est un adjoint au chef de programme Recherche et Technique chez Safran, l’entreprise française qui a conçu le système de propulsion de l’engin.

Des taxis volants à Paris

Nous avons ainsi pu lui demander s’il n’était pas trop optimiste d’espérer une mise en service des taxis volants dans la capitale française dans quelques années seulement. À cela, Philippe Lagarde répond que « Paris est candidate pour tester et même mettre en service cet engin comme Los Angeles et toutes les grandes villes du monde ».