PARTAGER

Invité de RTL, le ministre de l’Intérieur, qui évoque surtout des « menaces endogènes », a annoncé que 36 attentats avaient été déjoués depuis 2017 en France.

Gérald Darmanin s’alarme de la menace terroriste en France. Invité dans la matinale de RTL mercredi 15 septembre, le ministre de l’Intérieur est revenu sur les risques d’attentats qui pèsent sur le territoire alors que le procès des attentats du 13 novembre 2015 a débuté depuis une semaine. « La France est très menacée, tous les Français le sont. […] Mais nous sommes aujourd’hui sans doute assez prémunis contre des attentats de type 13 Novembre, c’est-à-dire organisés de l’étranger avec un commando qui viendrait en France. Ça peut toujours arriver, mais on est désormais très protégés », a expliqué le membre du gouvernement.

« En revanche, il y a des menaces endogènes, avec quelqu’un qui prend un couteau, entre n’importe où et commet un attentat au nom d’une religion », a-t-il également souligné. Gérald Darmanin a également tenu à mettre en avant le bilan de ses services depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron : « Nous avons déjoué 36 attentats depuis 2017, et déjà quelques-uns depuis le début de cette année. »

« À côté des attentats islamistes, qui sont les attentats sans doute les plus proportionnellement importants qui peuvent arriver, on a de nouvelles menaces venues de l’ultradroite ou de l’ultragauche, notamment les survivalistes », a affirmé le ministre de l’Intérieur. « Nous avons déjà déjoué des attentats de gens qui allaient passer à l’acte, donc, oui, nous sommes dans une période très particulière », a-t-il reconnu.

Nouvelle vidéo d’Al-Qaïda

Depuis 2020, la France a été touchée par sept attaques qualifiées de terroristes, dont la dernière au commissariat de Rambouillet, dans les Yvelines, en avril dernier. À celles-ci s’ajoutent, selon les autorités, six projets déjoués sur la même période, dont celui en avril contre une église à Béziers (Hérault). Le nombre d’inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) est passé d’environ 10 000 en 2017 à 7 535 au 1er septembre. Le 15 juillet, Al-Qaïda a diffusé une nouvelle vidéo évoquant les caricatures de Mahomet et appelant à s’en prendre à la France alors que s’est ouvert mercredi, et pour huit mois, le procès des attaques du 13 novembre 2015. Gérald Darmanin avait alors demandé aux préfets d’accroître la vigilance durant l’été.

Source : Le Point

Publicité