PARTAGER
ARLINGTON, VA - 25 JUILLET : Le président américain Donald Trump (à droite) et le secrétaire à la défense Dr Mark Esper (à gauche) inspectent les troupes lors d'une cérémonie d'accueil sur le terrain de parade du Pentagone, le 25 juillet 2019 à Arlington, Virginie. En début de semaine, Esper a prêté serment en tant que 27ème secrétaire à la défense. (Photo par Mark Wilson/Getty Images)

«Defense One» rapporte que le Pentagone confirme que les militaires ne tiendront pas de cérémonie d’adieu pour le président Donald Trump, comme cela a été le cas pour les anciens présidents.

Le journal, qui se concentre sur les questions de sécurité nationale, a annoncé que Trump n’aura pas la traditionnelle cérémonie d’adieu dans un commentaire cinglant du rédacteur en chef Kevin Baron :

Le Pentagone, en rupture avec la tradition récente, n’accueillera pas d’hommage d’adieu des forces armées au président Donald Trump.
C’est une honte, mais ce n’est pas une surprise. Trump quittera son poste en disgrâce, une semaine après que la Chambre ait voté une seconde fois sa destitution, deux semaines après que ses partisans aient organisé un siège meurtrier dans le bâtiment du Capitole, six mois après avoir entraîné le président de l’état-major dans une tempête politique et après quatre années d’attaques incessantes contre la vérité. L’une de ces disgrâces est la façon dont il fait passer pour des fantômes les troupes américaines qu’il a commandées.
Mercredi, la Maison Blanche a annoncé que ce week-end, le vice-président Mike Pence « fera des remarques aux marins sur les réalisations historiques de l’administration Trump en matière de politique étrangère à la base aéronavale de Lemoore », puis à la [10e division de montagne] (le 17), à Fort Drum, New York. Deux hauts responsables de la défense ont confirmé jeudi à Defense One qu’aucun adieu militaire n’est prévu pour le commandant en chef.

Le rapport de Baron, comme le souligne Jim Heath, ne précise pas qui a pris la décision ni pourquoi. Heath fait également le point sur les cérémonies passées de ce type :

Depuis 40 ans, le Pentagone a vu chaque président sortir avec un hommage d’adieu.
En 2017, cela comprenait le salut d’une fanfare militaire, une revue des troupes et une longue série de chefs militaires qui se sont avancés pour faire l’éloge du président Obama.
Ils ont remercié Obama pour le soin qu’il a apporté aux troupes, pour sa réflexion stratégique et pour son travail avec l’OTAN et d’autres organisations militaires alliées.
Les dirigeants du Pentagone ont également surpris Obama en lui décernant la médaille du ministère de la défense pour services publics distingués.

Trump envisagerait de se lancer dans une cérémonie d’adieu qui comprendrait des fioritures militaires comme une salve de 21 coups de feu.

Source mediaite


L’armée ne soutiendrait pas Trump d’après ce communiqué du Pentagon.

Étrange, ce n’est pas ce que je vois sur ces images.

Christopher Miller est à la tête du Pentagon.

C’est un ancien combattant et un loyaliste de Trump. Il a été choisi par Trump il y a tout juste deux mois.

Vous pensez que cet homme, un ancien Marine dont la devise est Semper Fi (Semper fidelis = toujours fidèle) ayant combattu à la grenade va trahir les États-Unis et Donald Trump en laissant un président sénile, aux mains du parti communiste chinois, voler l’élection et le destin du pays ?

Personnellement j’ai un doute quand je regarde ce visage.

Christopher Miller: Trump's Pentagon chief says he 'cannot wait to leave' his job - CNNPolitics
Christopher Miller, ancien Marine, chef par intérim du Pentagon

Pourquoi un tel communiqué du Pentagon alors ?

Il y a peut être une explication dans l’art de la guerre.

«Arrivez comme le vent et partez comme l’éclair»
Tzun Tzu

Trump veut être salué avec 21 coups de feu le 20/01/2020.

Wikipedia : «[…] Un salut de 21 canons est également rendu aux anciens présidents américains, aux chefs d’État étrangers (ou aux membres d’une famille royale régnante ), ainsi qu’aux présidents élus. Dans une telle cérémonie, l’hymne national du pays du dignitaire en visite est joué, après le salut. […]»

Vivement le 20 janvier.

Publicité