PARTAGER
US President Donald Trump speaks at the 2018 Project Safe Neighborhoods National Conference in Kansas City, Missouri, on December 7, 2018. / AFP / Jim WATSON

Trump menace de 10 ans de prison les manifestants qui renversent des statues, en invoquant la protection des monuments commémoratifs des anciens combattants.

Cette semaine, le président Donald Trump a menacé de dix ans de prison les manifestants qui défiguraient et renversaient des statues sur les terres fédérales, en invoquant une loi peu connue destinée à punir le vandalisme dans les cimetières de vétérans américains.

Mardi matin, Trump a tweeté qu’il avait autorisé les fonctionnaires fédéraux à « arrêter toute personne qui vandalise ou détruit un monument, une statue ou toute autre propriété fédérale de ce type aux États-Unis, avec une peine maximale de 10 ans de prison, conformément au Veterans’ Memorial Preservation Act, ou à toute autre loi qui pourrait être pertinente ».

Le Veterans’ Memorial Preservation Act prévoit des amendes et une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans pour « les tentatives de blesser ou de détruire, sur la propriété publique, toute structure, plaque, statue ou autre monument commémorant le service de toute personne ou de toutes personnes dans les forces armées des États-Unis ».

La loi sur la préservation des monuments commémoratifs est une réglementation déjà existante, et ne nécessite aucune autorisation spéciale pour être appliquée. D’autres lois fédérales interdisent également l’intrusion et le vandalisme sur les terres fédérales, bien qu’elles ne concernent pas spécifiquement les monuments commémoratifs et les sites funéraires. Ces dernières semaines, des manifestants ont également été accusés de délits locaux liés à des attaques contre les statues, notamment de désobéissance aux ordres de la police et de rassemblement illégal.

Le tweet de Trump s’inscrit dans le contexte des manifestations nationales contre l’inégalité raciale qui ont conduit à la destruction de dizaines de statues – représentant pour la plupart des dirigeants confédérés ou des figures historiques des États-Unis ayant des liens avec les politiques racistes passées – sur les territoires des États et au niveau fédéral ces dernières semaines.

M. Trump a déclaré que la loi sera utilisée pour les attaques passées et futures contre les statues, et qu' »il n’y aura pas d’exceptions !

Source militarytimes

Publicité