PARTAGER

Les réseaux sociaux bénéficiaient jusqu’à présent d’une forme d’immunité liée au premier amendement (liberté d’expression). Le décret de Trump vient de la remettre en question car ces derniers ne respectent pas la neutralité d’opinion.

Cette mesure ne concerne que les USA, par contre les répercutions sont mondiales.
La censure devient dès aujourd’hui plus dangereuse pour les plateformes que la liberté d’expression.

Les réseaux sociaux vont devoir recalibrer leurs algorithmes de censure au niveau global.

L’UE était le talon d’Achille de la liberté d’expression mondiale sur les réseaux, la loi Avia était une façon de peser sur la liberté d’expression non seulement en France mais partout dans le monde et notamment aux état-unis en contraignant les plateformes à activer des algorithmes agressifs de censure.

Trump vient de mettre fin à cette stratégie liberticide aux états-unis mais aussi, par ricochet, au niveau mondiale.

Reste à savoir comment les réseaux sociaux vont gérer cette crise avec les acteurs européens.

Publicité