PARTAGER
Kristalina Georgieva au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, en juin 2017 (image d'illustration).-© Sergei Karpukhin Source: Reuters

Appelés à choisir le candidat européen pour présider le FMI, les gouvernements européens ont désigné la Bulgare Kristalina Georgieva. Un choix loin de faire l’unanimité et qui pourrait potentiellement être refusé par l’institution financière.

S’il émane habituellement d’un commun accord entre les pays membres de l’Union européenne (UE), le candidat européen à la présidence du Fonds monétaire international (FMI) a cette année été plus difficile à trouver. De fait, faute de consensus sur la question, les gouvernements européens ont, de façon inédite, recouru le 2 août à un vote à la majorité qualifiée pour finalement désigner la Bulgare Kristalina Georgieva comme candidate à la succession de Christine Lagarde, récemment mutée de la tête du FMI à celle de la Banque centrale européenne (BCE).

Selon l’AFP, la conservatrice Georgieva, actuelle numéro deux de la Banque mondiale, s’est imposée au bout d’«une longue journée de votes et de négociations» lors d’un deuxième tour de scrutin face à son adversaire, le social-démocrate néerlandais Jeroen Dijsselbloem, ancien président de l’Eurogroupe. Pour l’anecdote, celui-ci s’était distingué au mois de mars 2017 par des propos polémiques, après avoir laissé entendre que les pays du sud de l’Europe dilapidaient leur argent en «schnaps» et en «femmes».

En plus de révéler de profondes divisions au sein de l’UE entre les pays du Nord et ceux du Sud, le choix de Kristalina Georgieva au terme d’un processus de désignation inédit pourrait annoncer d’autres difficultés. «Sa candidature n’a pas le soutien de tous et le consensus a été obtenu au forceps. Cela peut inciter d’autres prétendants à se lancer», a en effet commenté une source proche du dossier citée par l’AFP.

Par ailleurs, dans la logique de cette nomination laborieuse, un petit détail oblige maintenant la candidate européenne à obtenir une dérogation de la part du Fonds monétaire international. De fait, Kristalina Georgieva fêtera ses 66 ans avant que les pays membres du FMI ne se prononcent le 4 octobre, alors que le règlement de l’institution financière internationale stipule que le prétendant ne peut avoir plus de 65 ans.

Pendant que la France obtient la présidence de la Banque centrale européenne, l’Allemagne celle de la Commission et l’Italie celle du Parlement, ce fâcheux petit détail empêchera-t-il la Bulgarie d’obtenir celle du Fonds monétaire international ?

«Il faudrait que les autres pays fassent une exception pour elle et ce n’est pas gagné», estiment d’autres sources citées par l’AFP, certaines précisant toutefois que le secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin, aurait pour sa part promis de soutenir cette dérogation.

Source : RT International

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité