PARTAGER

S’exprimant depuis le parlement européen, Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit, a dévoilé des informations sur le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, conformément au vote par référendum des Britanniques.

Le 10 octobre, Michel Barnier, négociateur en chef de l’Union européenne (UE) pour le Brexit, a fait savoir que Londres quitterait le marché unique et l’union douanière. Lors d’une allocution devant le parlement européen à Bruxelles, il a ajouté qu’environ 80 à 85% de l’accord du Brexit avait été convenu avec ses homologues britanniques, précisant qu’un accord total pourrait être trouvé d’ici à la semaine prochaine.

Selon Reuters, Michel Barnier a toutefois affirmé que Bruxelles était ouverte à l’établissement d’une zone de libre-échange avec le Royaume-Uni, tout en affirmant que Londres ne pouvait pas bénéficier «à la carte» des avantages du marché unique.

Sur la question épineuse de l’Irlande du nord, le négociateur a affirmé que le Brexit pourrait imposer des contrôles administratifs entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, en fonction de l’accord final qui sera conclu.

«L’UE et le Royaume-Uni excluent tous deux l’existence d’une frontière physique avec l’île d’Irlande, de sorte que ce qui arrivera en Irlande du Nord arrivera également dans le marché unique européen. Il y aura des procédures administratives qui n’existent pas encore pour les marchandises en provenance du reste du Royaume-Uni qui arrivent en Irlande du Nord», a expliqué Michel Barnier.

Le négociateur de l’UE a terminé sur une note personnelle, jugeant que le Brexit, choisi par les électeurs britanniques par référendum en juin 2016, n’apportait «aucune valeur ajoutée». «C’est une négociation négative. C’est un jeu perdant – perdant», a-t-il conclu.

Source : francais.rt.com