PARTAGER

L’ancienne Miss France Vaimalama Chaves a décidé de porter plainte après avoir été agressée par un groupe d’adolescents dans la rue, à Paris. Ces jeunes gens lui ont jeté des cailloux et ont tenté de lui voler son téléphone, a-t-elle raconté.

Vaimalama Chaves, qui a remporté le titre de Miss France 2019, a fait part de son indignation sur Instagram samedi 25 septembre après avoir été « attaquée par une bande de moins de 18 ans » à Paris.
« Chères femmes. Aujourd’hui, je suis en colère. Je suis en colère parce que je me suis fait agresser », a-t-elle indiqué dans une story.
Une fois que la jeune femme a décidé de « confronter » celui qui lui avait jeté des cailloux « pour rigoler », elle s’est retrouvée encerclée par une « quinzaine de jeunes gars qui n’ont aucunes valeurs ».
« Je n’ai pas reçu +que+ des cailloux. Ils ont essayé de me voler mon téléphone. Ils se sont amusé à m’en jeter davantage lorsque je partais. Ils m’ont entourée lorsque j’essayais d’appeler le 17. Je dis +non+! », a-t-elle écrit.

Je veux pas que quelqu’un d’autre ait à vivre ça. L’insécurité, la colère, la perte de moyen », a-t-elle souligné, postant une partie de l’agression qu’elle a pu filmer. Dans la séquence, les mineurs se dispersent en tentant de cacher leur visage.

Plainte

Par la suite, Vaimalama Chaves a annoncé avoir porté plainte et a appelé à ne pas rester muet « s’il vous arrive une agression ».
« Si moi j’ai vécu ça et que j’ai pu vous le montrer, des milliers d’autres subissent pareil et pire, et ne disent rien. Le silence n’a pas lieu d’être » », a-t-elle insisté. « A tout le monde, faites savoir ce qu’il se passe parce que ce n’est pas de votre faute. Que vous portiez une jupe, que vous soyez maquillés, que vous existez en tant que vous ».

Des délinquants mineurs

Selon les derniers chiffres de la préfecture publiés par Le Figaro, c’est l’arrondissement le plus densément peuplé de la capitale, le 15e, qui est le plus concerné par la délinquance des moins de 18 ans.
Au total, les forces de l’ordre ont fait état de plus de 19.000 agressions en six mois, dont 20% ont débouché sur la mise en cause de mineurs.

Source : Sputnik

Publicité