PARTAGER

Le polémiste est revenu sur la question raciale qui a ressurgi aux États-Unis après la mort de George Floyd et affirme que la situation en France est totalement différente. Il déplore notamment que l’extrême gauche cherche à «importer la guerre raciale» dans l’Hexagone.

Lundi 1er juin dans «Face à l’info», Éric Zemmour a évoqué la mort de George Floyd et les statistiques ethniques aux États-Unis, rappelant avant tout que «les Noirs sont d’abord tués par des Noirs, à 97%». Il a ensuite souligné les différences entre les mouvements de protestation aux États-Unis et les accusations de violences policières dans les banlieues françaises.

Le chroniqueur de CNews compare d’abord la police américaine et la police française, affirmant que «ce sont les policiers américains qui tirent» et que «les policiers français sont attirés dans des guet-apens».

Il revient sur les propos de Camélia Jordana, pour qui «les Noirs et les Arabes se font massacrer en France», et répond «je voudrais qu’elle me montre», soulignant qu’un «massacre» signifie que les gens sont tués en masse.

«L’imaginaire» des Afro-Américains dans les banlieues françaises

Le polémiste note également une différence de mentalité historique entre la France et les États-Unis sur la question du racisme, affirmant qu’il n’y a jamais eu d’esclaves de nationalité française sur le sol français. «Il y a un modèle français d’assimilation où la race ne compte pas», poursuit-il, affirmant que les militants antiracistes «veulent instaurer depuis une trentaine d’années l’imaginaire des Noirs américains».

«Il y a tout un imaginaire noir américain qui s’est répandu dans les banlieues françaises», insiste-t-il, déplorant que les habitants de ces quartiers «se voient désormais comme des Noirs américains» alors «qu’ils n’ont absolument pas la même histoire».

Il affirme que ces mêmes militants jouent sur ce sentiment et veulent le «séparatisme» en refusant de s’assimiler à la culture française tout en se disant discriminés. «Le mouvement Traoré c’est ça, c’est un mouvement raciste et racialisé», indique-t-il, soulignant que «c’est le discours antiraciste qui a racisé et racialisé le discours».

«Importer la guerre raciale»

M. Zemmour donne ensuite raison au Président américain, lequel a dénoncé l’extrême gauche et la mouvance antifa. «Dans les universités américaines aujourd’hui, il y a des réunions interdites aux Blancs», rapporte-t-il, affirmant que «c’est ce que l’extrême gauche française et que les militants antiracistes français veulent importer». Il souligne enfin «qu’ils veulent importer la guerre raciale» en France, «pour montrer qu’elle est un pays raciste».

Source : Sputnik France

Publicité