PARTAGER

Moscou a annoncé ce 29 mars l’expulsion de 60 diplomates américains ainsi que la fermeture de la représentation consulaire américaine de Saint-Pétersbourg, soit le même nombre que les membres du corps diplomatique sommés de quitter les Etats-Unis.

S’exprimant lors d’une conférence de presse commune à Moscou ce 29 mars avec Staffan de Mistura,envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a annoncé l’expulsion de 60 diplomates américains de Russie. Le nombre est le même que celui des diplomates russes expulsés des Etats-Unis dans le cadre de l’affaire Skripal.

Le ministère russe des Affaires étrangères a précisé que les membres du corps diplomatique américain avaient deux jours pour quitter le territoire.

Après l’annonce par une vingtaine d’Etats de l’expulsion de plus de 100 diplomates russes le 26, Moscou, regrettant un signal inamical envoyé par l’Occident, avait immédiatement fait savoir que des mesures russes de rétorsion seraient prises. Les Etats-Unis pour leur part avaient annoncé l’expulsion de 60 diplomates, requalifiés au passage d’«espions» russes, dans le cadre d’une action coordonnée entre pays occidentaux pour répondre à l’empoisonnement d’un ex-agent-double russe et de sa fille au Royaume-Uni.

Moscou appelle à une réunion de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques

Sergueï Lavrov a en outre demandé une réunion de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques et proposé la date du 2 avril 2018, afin d’avoir «une conversation franche» concernant l’affaire Skripal. Le ministre russe a fait savoir qu’un refus des «partenaires européens» serait la «preuve» que l’empoisonnement de l’ex-agent double russe à Salisbury était une «provocation».


Le 14 mars dernier, Londres avait désigné Moscou comme responsable de l’empoisonnement de Sergueï Skripal le 4 mars à Salisbury. Le Royaume-Uni avait alors décidé d’expulser 23 diplomates russes et annoncé le gel des relations bilatérales. La Russie, qui clame son innocence et accuse Londres de ne «pas vouloir entendre les réponses», avait riposté en ordonnant l’expulsion de diplomates britanniques et la fin des activités du British Council sur son territoire. Le 23 mars, les Etats de l’Union européenne, emboîtant le pas au Royaume-Uni, avaient à leur tour jugé «très probable» la culpabilité de la Russie dans cette affaire. Puis, les 26 et 27 mars, une vingtaine d’Etats occidentaux ont annoncé l’expulsion de plus de 120 diplomates russes. Dénonçant une «provocation», Moscou a promis une réponse symétrique.

Source RT

Publicité