PARTAGER

Une semaine avant l’évacuation controversée d’un pont de Paris occupé par des militants pour le climat, le président de la République envoyait pourtant un appel à la mobilisation de la jeunesse.

Les forces de l’ordre auraient-elles oublié que le président “avait besoin de cette énergie”? Après l’arrêt brutal, ce vendredi 28 juin, de l’occupation d’un pont parisien par des militants pour le climat, les réactions indignées ont fusé, en France comme à l’étranger.

De la jeune activiste suédoise Greta Thunberg au secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, en passant par l’actrice Marion Cotillard, plusieurs personnalités ont dénoncé une intervention policière jugée démesurée.

Mais pas de quoi attendrir le ministre de l’Écologie. “On n’avait déjà pas besoin de rajouter des problèmes de circulation”, a justifié François de Rugy sur BFMTV, dimanche.

“Quand vous leur demandez pacifiquement de dégager la voie, ce qu’ont fait les forces de l’ordre avec des haut-parleurs et qu’évidemment ils refusent (…) on est obligé de mobiliser des CRS pour prendre les personnes une par une et essayer de les enlever. Ça se finit avec l’utilisation de gaz qui ont pour but que les gens s’en aillent”, a expliqué le ministre.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’articlele président de la République lançait pourtant, à peine une semaine plus tôt, un message aux antipodes de l’esprit de cette évacuation musclée.

« Plus vous faites ça, plus ça nous oblige à bouger.Emmanuel Macron« 

Le 21 juin dernier, Emmanuel Macron profitait de la Fête de la Musique à l’Élysée pour promouvoir le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, le tout aux côtés d’Elton John. Devant de nombreux jeunes, le président formulait d’abord le souhait d’une grande mobilisation.

“Ce qu’il faut, c’est sauver au moins 16 millions de personnes partout dans le monde, alors moi j’ai besoin d’une chose, c’est que vous nous rendiez le vie impossible, nous, les dirigeants”, a commencé Emmanuel Macron, avant de citer en exemple les jeunes activistes qui militent pour le climat.

“J’ai vu la jeunesse de France, comme la jeunesse d’Europe, le faire sur le climat avec beaucoup d’énergie. J’ai besoin de cette énergie-là, de ces mouvements, de ces indignations, y compris de ces prises à partie du président de la République, du gouvernement. Et j’ai besoin que ce soit fait partout en Europe et dans le monde”, a poursuivi le président, dans un discours partagé par Extinction Rebellion, le mouvement écologiste à l’origine de l’action du 28 juin.

Un appel en pleine vague de désobéissance civile

Ce surprenant appel d’Emmanuel survient au moment même où les actions de désobéissance civile se multiplient en France, sans compter les grandes mobilisations des dernières années contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le barrage de Sivens ou l’enfouissement de déchets nucléaires à Bure.

“Quand on n’a pas beaucoup d’argent, quand on n’a pas la position politique pour prendre de décisions, on peut utiliser la désobéissance civile pour faire entendre nos voix”, justifiait une jeune militante au micro du HuffPost, le 28 juin, comme vous pouvez le voir dans le reportage ci-dessous.

En avril dernier, environ 2000 personnes, un nombre record pour ce genre d’action, avaient bloqué les “pollueurs” du quartier d’affaires de La Défense. Pour alerter sur le réchauffement en climatique, les militants avaient choisi de cibler tout particulièrement la Société générale et Total. En juin 2018, des activistes de Greenpeace s’étaient aussi invités en pleine assemblée générale du géant de l’énergie français à Paris.

Source : Huffingtonpost

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité
loading...