PARTAGER

Le dispositif censé prévenir les violences conjugales, le bracelet anti-rapprochement, verra le jour «au mois de septembre», a fait savoir sur Europe 1 ce 8 août Marlène Schiappa, la ministre déléguée à la Citoyenneté.

Invitée ce 8 août sur Europe 1, la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a expliqué le délai de la mise en place des bracelets anti-rapprochement (BAR).

Ce dispositif est destiné à alerter les forces de l’ordre si les conjoints ou ex-conjoints violents ne respectent pas le périmètre d’éloignement de leur victime potentielle. Le dispositif fait partie des mesures contre les violences conjugales annoncées lors du Grenelle et a été voté presqu’à l’unanimité l’an passé au Parlement.

«D’abord, il y a un délai entre le vote de la loi et sa promulgation […] et ensuite, il y a un marché public», a expliqué au micro d’Europe 1 Marlène Schiappa concernant le délai d’application.

«Éric Dupond-Moretti, le nouveau garde des Sceaux, a indiqué qu’à partir du mois de septembre les premiers bracelets seraient opérationnels», a-t-elle tenu à souligner.

Le 1er août, Aurélien Pradié, député Les Républicains (LR) et à l’origine de la proposition de loi contre les violences conjugales avait dénoncé ce délai, en estimant que «notre pays n’a pas été foutu de mettre en place le bracelet anti-rapprochement».

«Une baisse des féminicides depuis début 2020»

«On observe une baisse des féminicides depuis début 2020 et une baisse plus forte pendant le confinement», a par ailleurs précisé Mme Schiappa.

«Il y a ensuite eu une hausse au moment du déconfinement car on sait que la rupture est très souvent un acte déclencheur du féminicide», a-t-elle ajouté avant de rappeler que le gouvernement restait «mobilisé pour lutter contre les violences conjugales».

Source : Sputnik France

Publicité