PARTAGER

La thèse selon laquelle « la crise ne changera rien tout repartira comme avant mais en pire » n’a pas que des partisans, et nombreux sont désormais nos compatriotes ruinés, inquiets, qui pensent à exiger un parlement à la proportionnelle et un examen de conscience en profondeur.

Publicité