PARTAGER

L’ancien footballeur devenu candidat de la France insoumise Vikash Dhorasoo se fait remarquer. Avec des militants antiracistes, il a recouvert d’un drap noir la statue du général Gallieni, place Vauban à Paris, pour dénoncer «une des figures du passé esclavagiste de la France».

Des militants antiracistes revisitent l’Histoire. Ce jeudi 18 juin, Vikash Dhorasoo, ancien footballeur désormais candidat LFI aux municipales dans le XVIIIe arrondissement, a participé à un «happening» pour protester contre la présence de la statue du général Joseph Gallieni, militaire et administrateur colonial français, place Vauban, à Paris. L’ancien international et joueur du PSG, accompagné de trois militants, interpellés puis rapidement relâchés par la police, ont recouvert d’un drap noir le monument, sans le dégrader.

«C’est une protestation pacifique, non violente mais forte. Monsieur Gallieni est quelqu’un qui a marqué l’Histoire mais pas glorieusement, plutôt du côté obscur», estime Vikash Dhorasoo. ​

En effet, si le général Gallieni est entré dans l’Histoire pour son rôle durant la Première Guerre mondiale, il est aussi connu pour avoir joué un rôle central dans l’expansion de l’Empire. Il est à l’origine du massacre de Menalamba à Madagascar, qui eut pour conséquence de maintenir l’esclavage sur l’île.

Lors de la manifestation du 16 juin, la statue du militaire avait déjà été vandalisée. Sur celle-ci, on peut désormais y lire l’inscription «déboulonnons le récit officiel». Le 17 juin, la station de métro Gallieni, à Bagnolet, en Seine-Saint-Denis, a été brièvement débaptisée par des militants communistes et écologistes puis renommé Josette et Maurice Audin, figures communistes et militants anticoloniaux, originaires de la ville.

Macron ne veut pas «réécrire» l’Histoire

En plein débat notamment sur le déboulonnage des statues de Jean-Baptiste Colbert, ancien ministre de Louis XIV à l’initiative en 1685 du Code noir, qui a légiféré l’esclavage, Emmanuel Macron a dénoncé la «réécrire haineuse ou fausse du passé» dans son allocution du 14 juin.

«Je vous le dis très clairement ce soir, mes chers compatriotes, la République n’effacera aucune trace ni aucun nom de son Histoire. Elle n’oubliera aucune de ses œuvres, elle ne déboulonnera pas de statue.»

Édouard Philippe a, quant à lui, tenu à rappeler que «notre Histoire est glorieuse et compliquée. Vouloir procéder à une forme d’épuration mémorielle me paraît aussi dangereux que de vouloir procéder à d’autres sortes d’épurations. Nous devons regarder notre Histoire en face».

Source : Sputnik France

Publicité